Ali Najab

  • Ce sont 25 années d'une expérience douloureuse de prisonnier de guerre que l'auteur tente de nous raconter. Plus de 9125 jours de souffrances, de tortures et d'humiliations de la part du polisario sous les yeux indifférents d'officiers des services de sécurité militaire algériens. Pour Ali Najab : « Ce livre n'aurait pas vu le jour si mon épouse Atika Saiagh ne m'avait pas poussé à l'écrire. Mais je n'ai pas voulu qu'il ne soit qu'à moi tout seul. C'est le livre de tous mes compagnons d'infortune dont je rapporte quelques témoignages pour montrer ce qu'ils ont subi et vécu eux aussi.» Ce livre se veut d'être donc l'apologie des 2400 prisonniers de guerre marocains qui ont subi durant un quart de siècle, un vrai calvaire dans l'indifférence totale des instances internationales et des ONG des droits de l'Homme. L'auteur insiste sur le fait que les conventions de Genève et ses protocoles additionnels, qui protègent le prisonnier de guerre, sont opposables au polisario et à l'Algérie. Et ce, pour la principale raison que toutes les violations se sont produites sur le territoire algérien alors même que l'Algérie fait partie des pays signataires de ces conventions ! Cet ouvrage est également un devoir de mémoire et de reconnaissance spécialement envers ceux qui ont sacrifié leurs vies pour la récupération de nos chères provinces du sud. Cette dette et cette reconnaissance que chaque citoyen marocain a envers eux sont un élément clé pour le développement, chez la jeunesse notamment, d'un sentiment d'appartenance, de la valeur du courage et du dévouement pour la patrie.

empty