Jean-François Pirson

  • Avec ces Cahiers de Beyrouth, Jean-François Pirson revient sur les quatre séjours qu'il a effectués à Beyrouth entre septembre 2006 et avril 2009.
    Dans le premier cahier, " Là, entre Alep et Damas ", il découvre la ville pour la première fois, une incursion qui suit de près les bombardements israéliens. " Communities and Territories " rend compte de sa participation à un workshop sur l'espace public, organisé par Amazelas (Milan). "Pratiques exploratoires de l'espace" dévoile les interventions pédagogiques menées à l'Académie libanaise des Beaux-Arts.
    Le dernier cahier, " Marcher, autour et dans la Forêt des Pins " relate l'organisation, avec quelques comparses, d'un pique-nique au centre de ce magnifique jardin.

  • Épousant le rythme lent de l'arpenteur, le livre ouvre un parcours à travers des photographies et dessins d'amoureux de montagne, où chacun tente d'en saisir un morceau, d'en retenir un moment. De cette présence au monde, entre l'espace du paysage et le silence de l'atelier, résonne le souffle des corps.

  • Entre le monde et soi avive la question de l'espace que chacun déploie en regard de sa naissance sur une terre habitée.
    Dans cette déambulation oú se croisent pratiques personnelles, prolongements pédagogiques et affinités sélectives, une grande place est laissée au lecteur pour qu'il y entrelace son rythme et son espace. l'essai propose un cheminement qui se déroule au fil des jours. l'auteur prend le temps d'écrire et celui de vivre l'espace. ii en résulte ce qu'il ose appeler, à l'instar de kenneth white ou de gilles deleuze, une pensée du dehors, nomade.
    Et c'est bien dehors, à travers les villes et les régions parcourues, qu'il nous entraîne pour ouvrir notre regard sur l'espace du corps, les territoires et ses limites, le paysage, dans leurs relations à la terre considérée comme l'étendue de notre humanité.

  • L'arpenteur marche pour prendre la mesure du monde dans les champs qui le préoccupent : phénoménologique, choréographique ou géographique, plastique, anthropologique et politique. L'arpenteur est aussi la personne qui parcourt, en la révélant à elle-même, un petit morceau de terre connu ou négligé, tentant de faire corps avec lui, sans but précis, la personne qui considère cette expérience comme un simple moyen - poétique - de lier sa vie à l'étendue de notre humanité. La danse de l'arpenteur découvre une part nomade du travail plastique de Jean- François Pirson dans ses pratiques : photographies, dessins, marches, actions et installations. Un cheminement dont la succession des chapitres se lit en une phrase ouverte : habiter / traverser / comme une danse / tout homme porte une chambre en lui / arpenter, glaner, cartographier / des limites comme chemins / dans l'étendue de notre humanité. Un texte de l'ethno-anthropologue Véronique Nahoum-Grappe introduit ce parcours.

  • De ces lieux et de ces présences, du tissage de leurs parcours, naît une forme mouvante, un astérisme imaginaire, l'entre là. L'auteur revient ensuite sur le workshop « cartographie de ma naissance » qui envisage la naissance en terme de lieux et de chemins successifs, matérialisés par une cartographie en forme d'installation dans différents espaces, telle l'École des beaux-arts d'Alger.
    Jean-François Pirson est artiste-pédagogue. Architecte, initié à la danse, doctor ès belles arts, (Barcelona), professeur honoraire à l'institut supérieur d'architecture Lambert Lombard (Liège), Jean-François Pirson exprime son rapport à l'espace dans des pratiques diverses (dessin, photo, installation, texte, marche) et poursuit ses activités pédagogiques et plastiques de manière indépendante et itinérante. Il a notamment publié, à La Lettre volée, Aspérités en mouvements (2000), Dessine-moi un voyage (2006), Entre le monde et soi, Pratiques exploratoires de l'espace (2008), Cahiers de Beyrouth (2009), La Danse de l'arpenteur (2014).

  • La Cellule architecture de la Fédération Wallonie-Bruxelles lance une nouvelle collection «Fenêtre sur», dédicacée aux disciplines associées à l'architecture.

    Artiste-pédagogue, professeur honoraire à l'Institut supérieur d'architecture Lambert Lombard (Liège), Jean François Pirson exprime son rapport à l'espace dans des pratiques plastiques et pédagogiques diverses : dessin, photographies, installation, texte, marche, workshop.

    Centré sur l'espace, son travail pédagogique se développe dans les champs phénoménologique, anthropologique et plastique. Il concerne principalement l'espace du corps, l'habiter, les espaces «dehors», la perception, l'attitude créatrice. Il aime travailler au croisement des disciplines, des pratiques et des pensées.

    La publication comprend:
    - 4 textes confiés à des critiques et des témoins de son activité pédagogique.
    - une sélection de cours et workshops donnés tant en Belgique qu'à l'étranger.
    - des textes et illustrations inédits de Jean-François Pirson.

empty