Paul Gottfried

  • S'il est un mot qu'on ne cesse d'entendre dans la vie politique c'est celui de « fasciste ». Traiter son adversaire de « fasciste » est devenu une sorte de réflexe défensif, censé assommer l'adversaire en l'assimilant à un sympathisant des thèses nazies.
    Paul Gottfried montre ici à quel point ceux qui emploient ce terme n'ont rien compris au fascisme et étalent surtout leur ignorance. En convoquant tous les grands analystes du fascisme, depuis l'après-guerre jusqu'à nos jours, il retrace les errements dans l'emploi du concept et s'efforce d'en donner une définition rigoureuse.
    Il explique d'abord en quoi le nazisme n'est pas le « fascisme générique » mais bien un cas « limite » et hybride, qui a emprunté au fascisme italien, au stalinisme mais surtout à la folie meurtrière d'Hitler. En gardant à l'esprit la construction politique et idéologique de Mussolini, il sépare ensuite méticuleusement le « fascisme générique » des différents mouvements et régimes de droite, autoritaires ou conservateurs. Enfin, il met en lumière l'importance centrale de la révolution sociale et de la violence rédemptrice au coeur du fascisme latin.
    Outre l'étude de la signification historique du phénomène et de ses diverses interprétations, Paul Gottfried examine la longue histoire des controverses, polémiques et disqualifications dont il est l'objet. Si l'on veut employer des mots qui ont un sens, il apparaît en définitive que le fascisme n'a strictement rien à voir avec le maintien de l'ordre, la défense des racines chrétiennes de l'Occident, la critique de l'immigration non contrôlée ou la contestation de l'évolution des valeurs sociétales.
    Pour tous ceux qui s'intéressent à l'histoire des idées politiques, cet ouvrage est une référence indispensable.

  • Ni l'élection ni la possible réélection de Donald Trump ne sont compréhensibles pour les Français. Nul ne leur explique que l'Amérique a une culture politique différente de la nôtre, et particulièrement la droite américaine.
    La haine anti-Trump, médiatiquement unanime, a caché qu'une partie non négligeable des Américains soutiennent sans faille le Président sortant. Comment comprendre l'émergence de cet homme ? Est-il un accident de l'histoire américaine ou bien l'expression d'une tendance lourde, longtemps enfouie et aujourd'hui réveillée, voire structurante, de la vie politique américaine.
    Et si Donald Trump était le fruit de l'histoire américaine ?
    C'est à travers l'histoire de la droite américaine que nous voyons apparaître un Trump inconnu de la presse française, loin du libéralisme et des guerres démocrates, cherchant à sauver l'Amérique en tant que Nation pour ne pas la voir mourir comme Empire.

  • Le conservatisme en Amérique retrace l'histoire de ce mouvement des années 1950 à nos jours. Dans notre esprit, le conserva-tisme est représenté par le Parti républicain. Or, le courant conservateur balaie un spectre politique et social plus large que celui cou-vert par ce parti. L'auteur est en particulier très critique à l'égard des « néoconserva-teurs » ou « néocons » et qui sont pour lui étrangers au conservatisme.
    Le conservatisme américain est très diffé-rent de son équivalent européen. En lisant ce livre, le lecteur français s'apercevra à quel point il a une vision erronée des clivages idéologiques américains.
    Les conservateurs qui s'opposaient par exemple au New Deal de Roosevelt se ré-clamaient de l'héritage de Jefferson, grand soutien de la Révolution française.
    Le mérite de ce livre est de nous éclairer sur les fondements de la politique améri-caine, et, se faisant, de rendre plus lisibles ses enjeux véritables.

empty