Paul-Henry Bizon

  • Olympia

    Paul-Henry Bizon

    Jeune femme puissante, Roxanne Vidal dirige le marketing d'un grand groupe horloger suisse. Pour la campagne publicitaire des Jeux de Paris 2024, elle décide de faire de Marie-José Pérec son égérie. En visionnant ses exploits, elle se persuade que cette dernière a disparu après sa défection à Sydney. Cette « révélation » va bouleverser sa vie et faire resurgir des souvenirs qu'elle croyait enfouis à jamais dans les ruines d'Olympia, un stade abandonné devenu l'utopie d'une communauté d'athlètes.

    « J'ai voulu faire d'Olympia un sanctuaire sans compétition, sans violence, un endroit que mes soeurs et mes frères pourraient habiter en oiseaux. »

  • La louve

    Paul-Henry Bizon

    «On aurait dit qu'il portait un écho venu des mythologies grecque ou égyptienne, qu'il possédait quelque forme de pouvoir secret, qu'il était à même de faire couler l'or à flots. Oui, en se voyant dans le miroir, Sarkis en était convaincu, il était le nouveau Crésus.» Après seize ans d'exil forcé, Raoul Sarkis est impatient de prendre sa revanche. À Paris, la mode est à la gastronomie «saine et authentique», et la spéculation qui l'accompagne éveille l'intérêt de cet entrepreneur avide et sans scrupules. En Vendée, loin de la capitale, le jeune Camille Vollot se destine à reprendre la boucherie familiale. Mais un drame fait basculer sa vie dans un combat contre son frère aîné. Bercé d'idéaux, Camille se lance alors corps et âme dans un projet de permaculture, inconscient des loups qui le guettent.

  • Au pays d'Alice Moireau, il y a une ancienne guinguette au bord du Loiret et de quoi remplir l'innombrable vaisselle chinée depuis l'enfance : des gnocchis pour rassasier les amis, des plats « tradi » à ne pas oublier, des salades à déguster dehors et des mets qui viennent de partout. Des recoins du monde où, mannequin, elle prend la pose pour les créateurs chéris de la jeunesse, aux intimes cuisines familiales. Ceviche, pasta, buns ou guacamole maison, pancakes, clafoutis et beignets de fleurs, Alice dévoile son style en 60 recettes, celui d'une cuisine au naturel, facile d'accès, bohème, cosmopolite, élégante et rieuse

  • La cuisine de Stéphanie Le Quellec étonne et séduit par son insatiable recherche de sincérité. C'est une cuisine de vérité, très technique, voire pointilleuse, et pourtant animée par le goût du partage, de la saveur, du plaisir de manger, de la notion de régal.Une cuisine structurée par la dualité du feu et de la grâce.Femme (grâce), Stéphanie Le Quellec a fait ses preuves (feu) dans un monde d'hommes ; sa cuisine est aussi maîtrisée (feu) qu'elle est liée à l'émotion (grâce) ; tout juste trentenaire, elle relève le challenge d'une table de palace (feu) tout en désacralisant la posture du chef (grâce) ; elle avance avec humilité (grâce) sur La Scène parisienne (feu) et assume la pression (feu) sans perdre la fraîcheur de l'enfance (grâce).La cuisine de Stéphanie Le Quellec est en osmose avec l'authenticité et la distinction du Prince de Galles, une maison de grand luxe à l'atmosphère intimiste et chaleureuse, un palace de poche. Une adresse riche, élégante, mais jamais intimidante, à l'image de la cuisine que Stéphanie Le Quellec exécute à La Scène, restaurant ouvert aux regards des convives, comme elle-même l'a voulu. Dans ce livre comme au Prince de Galles, les recettes de Stéphanie Le Quellec, en charge de l'ensemble de la restauration, sont autant de séquences qui rythment la vie de l'hôtel, des premières sensations du petit déjeuner, à l'élégance du dîner ou aux surprises du déjeuner, en passant par la convivialité d'un brunch dominical, d'un tea-time à l'anglaise ou de tapas à l'heure des cocktails. Au gré des recettes de Stéphanie Le Quellec (une cinquantaine), c'est un véritable livre d'heures du Prince de Galles, ouvrage de narration et d'apprentissage, que Paul-Henry Bizon et Benoit Linero ont rédigé et illustré pour nous.

empty