Littérature générale

  • Vathek et ses episodes

    William Beckford

    • Corti
    • 22 Février 2003

    Atroce et infernal selon certains, avatar d'un xviiie siècle finissant et catastrophique selon d'autres, quintessence du préromantisme et du solipsisme en version gothique selon d'autres encore, vathek, s'il a reçu les hommages des plus grands de la littérature mondiale depuis sa publication à paris, est avant tout l'un des classiques de la littérature romantique noire les moins bien établis.
    Depuis 1787, en effet, on ne lit qu'une version remaniée, souvent abrégée, de l'histoire du calife vathek. c'est le but de la présente édition que de pallier cette manipulation génétique curieuse. l'édition de didier girard revient aux premiers états non seulement du texte de vathek (l'édition de base proposée est celle de l'édition de lausanne en 1786, jamais republiée depuis, et le lecteur pourra trouver un appareil critique complet avec les variantes par rapport aux éditions ultérieures) mais encore au texte intégral des épisodes que leur auteur voulait voir publié avec le texte principal.
    Ainsi pourra-t-on lire, pour la première fois, la version initiale (" histoire des deux amis ") et fort différente du premier épisode (" histoire de firouz et firouzkah ") et pour chacun des autres (" histoire de la princesse zulkaïs " et " histoire du prince barkiarokh ") l'ensemble des variantes, permettant ainsi de revenir au texte de départ alors que toutes les éditions existantes de ce conte noir ont été jusqu'ici parcellaires, tronquées ou malencontreusement " corrigées ".
    Le texte du présent volume a été établi grâce à une étude minutieuse des manuscrits des épisodes ainsi que des exemplaires des diverses éditions originales de vathek. au-delà d'un retour au texte " premier ", cette édition veut faire goûter au lecteur la prose si singulière et si convaincante de william beckford que stéphane mallarmé rangea définitivement parmi les auteurs de littérature française, non pas par convention linguistique, mais au vu d'un style forgé aux exigences du coeur : " rien n'absout l'impéritie apportée au maniement des attaches de la phrase (oú celle-ci se dissémine en l'ombre et le vague) ; mais que de conquêtes sur ces deux jumeaux néfastes, oui ! ".
    Dans cette édition fidèle aux hésitations de la plume, se dessine plus justement peut-être la poésie beckford :
    " une poésie (que l'origine n'en soit ailleurs ni l'habitude chez nous) bien inoubliablement liée au livre apparaît dans quelque étrange juxtaposition d'innocence quasi idyllique avec les solennités énormes ou vaines de la magie : alors se teint et s'avive, comme des vibrations noires d'un astre, la fraîcheur de scènes naturelles, jusqu'au malaise ; mais non sans rendre à cette approche du rêve quelque chose de plus simple et de plus extraordinaire.
    " stéphane mallarmé, préface de 1876.
    (didier girard).

  • Ce volume présente, pour la première fois, de nombreux textes inédits (aussi bien en France que dans le monde anglo-saxon) de celui qui a toujours été considéré comme auteur du seul Vathek : William Beckford (1760-1844).
    C'est en fait le dernier volume (dix au total) de l'édition des oeuvres complètes entreprise chez Corti depuis une dizaine d'années. Écrits directement en français sous l'allure d'arabesque (" Histoire de Kebal " et " Histoire de Mazin " viennent judicieusement compléter la Suite de contes arabes publiée en 1992) ou traduits de l'anglais (" Le transport de plaisir ", " Les royaumes du jour éternel ", " Le génie du lieu ", " Les montagnes de la lune " et L'Esplendente " ne sont pas, dans leur diversité, sans rapports littéraires avec des titres aussi hétérogènes que La vision 1990, Histoire du prince Ahmed 1993, Vies authentiques de peintres imaginaires et même Vathek), - ces divers contes invitent au voyage dans le temps et l'espace (la naissance du brahmanisme aux confins de l'Asie et de l'Inde, l'Antiquité classique, la Perse glorieuse, l'Arabie rêvée, le XVIIe siècle espagnol et, pourquoi pas, un carré de verdure ou de nature atemporel) et nous attirent également dans les zones les plus inusitées de la conscience et de la perception.
    Ils ont été composés par Beckford lorsqu'il avait entre 17 et 21 ans et sont l'oeuvre d'un écrivain naissant qui étonne et ravit aujourd'hui par l'originalité précoce de ton et de style, la richesse d'érudition, la volupté disciplinée, l'outrecuidance des rapprochements culturels et religieux tous azimuts, l'humour sardonique, la sensualité irrésistible... Comme pour les volumes précédents, la découverte éditoriale que représente ce dernier recueil a été rendue possible par la transcription et la reconstitution de manuscrits originaux dont on ne connaissait, pour certains, que quelques rares fragments généralement cités par deux ou trois biographes.
    Ceux-ci ne les ont utilisés, sans toutefois les rattacher au reste de l'oeuvre, que comme exemples d'autofiction mais, dans ce volume d'inédits, Beckford est encore là où on ne l'attend pas : chez lui, la fiction est souvent bien plus troublante et furieuse que la vie. Aussi échevelée et singulière fut-elle.

empty