Langue française

  • Si vous vous promenez dans Jérusalem, du côté de la toute nouvelle Place de la Musique dont il a mené le chantier de bout en bout, vous le croiserez sans doute. Haute silhouette massive, barbe faussement naissante, rire tonitruant, verbe vigoureux toujours teinté d'un fort accent picard et, sous la casquette vissée sur le crâne, des yeux pétillants de malice et d'étonnement. Yaacov Bendavid, aujourd'hui maître d'ouvrage de multiples projets de rénovation au coeur de Jérusalem et auteur de ce livre, a eu un parcours exceptionnel, une de ces âmes juives perdues que Dieu a fait naître dans un environnement totalement improbable. Son chemin a été long, très long, parsemé d'aventures, de chutes et de rencontres inouïes mais habité d'une quête absolue : Comment servir Dieu ?
    Depuis l'âge de quatre ans, Yaacov, qui s'appelait alors Raymond, « cherche » Dieu. Il a tout essayé : les curés, les évangélistes, les missionnaires et les protestants, jusqu'à ce qu'un jour, à l'âge de vingt-huit ans, il pousse la porte d'une synagogue à Dunkerque. « Je ne suis pas venu au monde pour faire de la figuration, s'est-il toujours promis, jamais découragé. Je ne suis là que pour accomplir Sa volonté. » Et chacune de ses épreuves n'a fait que le renforcer dans sa quête spirituelle : « Être au service de Dieu, affirme-t-il, c'est ne rien espérer, ne rien revendiquer, c'est prendre ce que Dieu nous donne et dire merci. » Son parcours du combattant vers la conversion puis, au sein même du judaïsme, est retracé dans ce récit. Un « roman de vie » haletant et intrigant mais aussi l'exploration des tâtonnements d'un homme, Juif d'instinct, aspirant à une vie juive authentique. Son dialogue sans concessions avec Dieu, émaillé de réflexions sur son approche du judaïsme, parcourt ces pages d'un souffle puissant. « Quand les gens liront ce livre, ils y trouveront, je l'espère, une nouvelle vision du monde, une nouvelle vision de la vie ; ils aborderont ainsi tous les événements, de manière plus authentique et juste. »

  • Après l'Ancienne Alliance, qui regroupe sept alliances de Dieu avec l'humanité puis avec le peuple juif, est venue la huitième et Nouvelle où, à la vue des échecs des hommes, le Créateur décida de s'incarner dans le corps d'un être issu de Lui et né d'une femme d'une grande pureté : Yéchoua ha Machia'h, le Sauveur-Messie, Jésus-Christ. C'est son enseignement et son martyre, et ceux des apôtres, que nous relatons et commentons ici, avec en point d'orgue l'histoire prémonitoire des temps à venir et de leur fin.

    Ce livre est la relation et le commentaire de la seconde partie de la Bible, dite « Nouveau Testament » ou « Bible chrétienne ». Contrairement aux apparences, elle est le prolongement de la « Bible juive », ou « Ancien Testament », dont Jésus-Christ, fils de Dieu et de mère juive, a dit qu'il n'était pas venu « pour l'abolir mais pour la parfaire ». Les Juifs sont les ancêtres spirituels des chrétiens, qui les accueillent chaleureusement parmi les leurs. Nous verrons ici quels furent l'enseignement précieux et le martyre volontaire de Jésus, qui sauva l'humanité à la seule condition d'aimer et respecter son Père et d'aimer ses semblables, puis la fondation de l'Église, d'abord juive puis universelle, les écrits essentiels de Paul et des autres disciples, la nature de l'Église institutionnalisée et les révélations du Livre de l'Apocalypse.

  • Ce livre est un résumé explicatif de la Bible, dans sa première partie : « la Bible juive ». Or, quelle différence y a-t-il aujourd'hui entre celle-ci et la « Bible chrétienne » si l'on sait qu'Abraham, père de la nation juive, a reçu de Dieu une bénédiction « pour toutes les nations » et si l'on reconnaît que Jésus-Christ, fils du peuple juif, a étendu la grâce, autrefois conditionnelle, au monde entier par le don gratuit de sa propre personne ?
    La Nouvelle Alliance n'existe que par l'Ancienne : Jésus a dit qu'il « n'était pas venu pour abolir mais pour parfaire ». En parcourant les pages de ce livre, le lecteur ne cessera d'être frappé par la bonté et la fidélité de Dieu, qui a constamment orienté le peuple juif vers le bien et l'amour du prochain avant de descendre sur terre en désespoir de cause et de s'incarner dans le corps d'un homme qui reprenait le flambeau gâché par Adam et Ève.
    La Bible est le livre le plus important de l'histoire de l'humanité, et en même temps un des plus difficiles à comprendre, surtout dans sa première par tie qui est l'Ancienne Alliance (tana'h en hébreu).
    Nous avons voulu essayer d'aider le lecteur intéressé ou simplement curieux à franchir cet obstacle et à découvrir des pages passionnantes de la vie du peuple juif, dont la fondation est aussi à l'origine spirituelle du christianisme.

  • Toute la Création se constitue en une unité cohérente, elle n'obéit qu'à une loi, une seule, la plénitude de l'arrangement par le dévoilement de l'Unité de Dieu, béni soit-Il. » [Kalah, Portique 48.] Cette Unité absolue de l'Être transcendant, le Un absolu, s'exprime à t ravers l 'unitude de tous les êtres créés tout au long de leur histoire. Un seul lien unit toutes les actions accomplies au cours de l'histoire ainsi que toutes les âmes depuis la nuit des temps. Absolument tout est orienté vers un but unique : la Réparation du Monde qui permet le dévoilement de l'Unité. Ce qui implique qu'aucune créature n'est en plus, et qu'aucun évènement n'est en vain. Tout reflète l'immensité de l'Unité de Dieu.
    Ainsi, à partir du moment où un homme est né, le Tikoun Olam - la Réparation du Monde - ne peut se faire sans lui.
    Chaque-un a un rôle unique pour amener cette complétude du monde à sa réalisation. Il suffit d'être conscient que seul l'Éternel-Un gouverne le monde et toutes les créatures ; et que le mal accomplit aussi Sa Volonté. Si l'humanité veut réparer le monde, elle devra se munir de cette conscience de l'Unité : Origine de toute l'existence et Cause principielle de toute l'Histoire.
    La dégradation d'un homme, d'un peuple, d'une nation, nous concerne tous : notre indifférence nous fera tous chavirer. En revanche, notre préoccupation à la Réparation du Monde révélera l'unité de l'existence : l'Unité de Dieu-Un.
    Notre devoir est de faire prendre conscience aux hommes de l'unitude de toute l'humanité et notre rôle commun dans la Réparation du Monde.

  • « Kabbale », signifie littéralement tradition. Elle recouvre, cependant, de nombreuses nuances : mysticisme juif, gnose, théosophie, ésotérisme juif, mais aussi cosmogonie, philosophie du divin, etc. Si la kabbale exprime toutes ces facettes, aucun chercheur n'a envisagé cette sagesse comme une métaphysique, et moins encore comme une métaphysique de l'Unité.
    Cet ouvrage est le résultat d'une recherche se basant sur l'oeuvre de Rabbi Moshé ?ayyîm Luzzatto (Ram?al), kabbaliste italien du XVIIIe siècle - qui vise à comprendre la théologie de cet auteur prolifique.
    La doctrine du Ram?al expose d'abord un Être unique, insondable, admettant deux caractéristiques : l'Essence et la Volonté. De l'Essence, on ne sait rien ; à la Volonté, il attribue l'Infini et l'Unité. De l'Unité, d'où tous les êtres créés procèdent, émane le Bienfait qui dirige le monde pour l'amener à sa complétude. Luzzatto expose cette science avec tout l'appareillage systématique : commençant par les concepts abstraits de la kabbale (Ein-sof, ?îm??m, sefîrôt, etc.), puis avançant ses axiomes, proposant son interprétation allégorique, et enfin fournissant ses démonstrations et ses conclusions. Il arrive ainsi à nous présenter manifestement, sans aucune résonance mystique, une métaphysique divine de l'Unité de Dieu et de l'unitude de la Création.

empty