Sciences humaines & sociales

  • Un livre choc, loin des banalités lénifiantes sur l'Europe. Suscité par le Brexit, il va bien au-delà du référendum du 23 juin 2016. Car l'Europe est malade. Malade de son impuissance et de sa médiocrité, face aux nouveaux défis qui l'assaillent. Malade de la lente désaffection des peuples qu'elle a négligés. Malade de son ambiguïté sur la finalité du projet européen.
    Trois regards croisés, positifs, mais sans concession. Comment a-t-on pu en arriver là ?
    Celui de Nicole Fontaine, qui a présidé le Parlement européen et a suivi ce que fut son parcours exaltant pendant près d'un quart de siècle. Celui de François Poulet-Mathis, journaliste de radiotélévision, dont toute la carrière d'observateur s'est faite auprès des institutions européennes.
    Celui d'étudiants de la plus ancienne école de commerce du monde à vocation internationale, qui seront demain des acteurs économiques de haut niveau.
    Sans un sursaut, l'Europe est aujourd'hui menacée d'une dislocation qui la réduirait à un simple espace-marché. Elle doit être repensée. Des voies sont ouvertes, et il n'est pas trop tard.

  • Les terribles attentats du 11 septembre 2001 ont brutalement fait passer le monde dans un XXIe siècle dominé par l'hyperterrorisme.
    Rares sont les tentatives de comprendre la psychologie des islamistes radicaux révolutionnaires, et pourtant l'État Islamique a attiré des individus de 120 pays à travers le monde. C'est la plus grande force de lutte extraterritoriale depuis la Seconde Guerre mondiale et la nouvelle « bête immonde » depuis le nazisme. Des milliards de dollars sont dépensés dans le monde pour notre sécurité, mais rien du tout pour la recherche en psychiatrie afin de déterminer les traits de personnalité intrapsychiques des terroristes. Afin de diminuer de 80 % le passage à l'acte terroriste, le professeur Michel-Alexandre Bailly propose que la France se dote du premier service au monde de renseignements intrapsychiques. Il tente de définir un trouble mental particulier à savoir « le syndrome terroriste radical » et oeuvre pour son inscription dans la classification statistique des troubles mentaux de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et dans le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders - DSM) de l'Association Américaine de Psychiatrie (American Psychiatric Association).

  • Les présidents et régimes français changent, passent et trépassent. L'empire colonial français d'Afrique Noire, solide lui, demeure et se porte bien.
    Le mythe et les fantasmes de l'empire colonial - préjugés stupides, racisme primaire et autres poncifs coloniaux débiles - sont toujours là, vivaces. Décolonisation, indépendance : de belles fictions depuis 50 ans pour structurer, renforcer et rendre indolores la colonisation, l'humiliation multiforme des peuples africains, la tutelle et la soumission que Paris veut perpétuelles sur l'Afrique. Avec souvent hélas, la complicité, connue et visible ou non, de ses propres fils soi-disant gouvernants, traîtres professionnels bien stipendiés !
    Cette bien incongrue histoire de célébration par Paris, en juillet 2010, des 50 ans (1960-2010) de ce qu'on prétend être les « indépendances » des pays d'Afrique Noire colonisés par la France et où ont été convoqués ses vassaux africains, en est la preuve la plus éclatante avant d'être suprême humiliation coloniale, cynisme et mépris flagrants pour les demeurés colonisés.
    La puissance colonisatrice supposée avoir perdu son empire, ses colonies et perles vitalement juteuses avec logiquement l'indépendance et la souveraineté de celles-ci (comme l'Angleterre pour les USA et l'Inde, par exemple, ou encore le Portugal et le Brésil), en célèbre le Jubilé ! Du jamais vu dans l'histoire des nations et/ou des colonisations. Quel flagrant aveu (mère des preuves) que la décolonisation n'a jamais eu lieu !
    Et l'avenir de l'Afrique avec ses grandes questions (démocratie en échec, mal-gouvernance chronique, dégradation sanitaire, sousdéveloppement continu, jeunesse sacrifiée, famine, absence d'un siège au Conseil de Sécurité de l'ONU, école, sciences et techniques, etc.) et celles de ses peuples maintenant ? Bien incertain, hélas ! Même si le continent n'est pas fatalement, obligatoirement condamné, perdu... Mais que de forteresses à forcer !

  • « 15 juin, vol Casablance/Paris/Tel-Aviv. Quelque part au-dessus de la Grèce.
    Je suis un jeune Marocain qui a tout juste 30 ans. J'ai toujours été un garçon raisonnable, et là, du jour au lendemain, je fonce, sans crier gare, en Israël, à l'insu de mes proches... On dirait que la déraison, qui m'a tant fait défaut jusque-là, me rattrape.
    Chemin faisant, une partie de moi hurlait à qui voulait l'entendre : «C'est un traître, voilà le traître !
    Il va trahir les siens, en allant rendrevisite à ceux qui tuent nos frères !!!» Je voulais étouffer cette voix,cette voix communautaire, la voix de la fermeture, la voix de ce dogmatisme ambiant, pour laisser le champ libre à l'ouverture d'esprit, à la curiosité, à la possibilité de mieux connaître l'autre, aussi peu aimable qu'on ait pu nous le faire imaginer.
    Pourquoi Israël et la Palestine ? Parce que l'on ne peut pas prétendre oeuvrer pour la paix, pour la réconciliation, jouer pleinement le rôle d'intellectuel engagé, si l'on ne se rend pas sur le théâtre des opérations, que l'on ne mouille pas sa chemise, que l'on n'use pas ses guenilles, que l'on ne mette pas sa vie en péril, pour aller prendre la température, à mains nues, sur un volcan étouffé, pour pouvoir recueillir des paroles toutes chaudes, pour les analyser à froid, pour enfin les restituer avec le coeur, avec l'intention d'essayer de faire entendre ceux qui ne peuvent s'entendre... J'irai en Terre Sainte, le coeur léger, en Don Quichotte des temps modernes, avec mes bonnes intentions dressées en étendard et, pour seules armes, ma détermination, ma foi et mon Amour pour l'Universel et les quelques autres qualités que le sort aura bien voulu glisser à mon insu, dans ma besace de marchand de paix... »

  • L'antisémitisme expliqué aux juifs, aux chrétiens, aux musulmans et aux antisémites Nouv.

    Cet essai est l'aboutissement de plusieurs décennies d'observations et de réflexions, en quelque sorte une anatomie psychologique des antisémites. Il ne s'adresse qu'à celles et à ceux dont la logique est le fondement même de leur liberté de conscience, et entreprend de démontrer, à l'instar de tout chercheur rigoureux, que le christianisme et l'islam ne sont pas, sémantiquement parlant, deux religions légitimes, mais deux impostures. Les deux dogmes, une usurpation abâtardie du judaïsme, sont les véritables racines de l'antisémitisme. Eugenio Scalfari, célèbre journaliste fondateur de La Repubblica a eu la satisfaction de recevoir une réponse du pape François, à sa question : Le Dieu des chrétiens pardonne-t-il les péchés de ceux qui ne croient pas et ne cherchent pas la foi ? Et l'honnête Pape de reconnaître : « La miséricorde de Dieu n'a pas de limites si on s'adresse à Lui d'un coeur sincère et contrit, la question pour celui qui ne croit pas en Dieu est d'obéir à sa propre conscience. » Aucun éditeur avant les éditions Auteurs du Monde n'avait accepté de publier ce manuscrit, deux pavés dans la mare, explosifs de par leur pertinence. Il est donc encore possible et jamais trop tard de dire les choses comme elles sont, afin de contribuer à moins ajouter du malheur au monde. Au nom de quoi et de qui nous restreindrions-nous, en 2020, d'expliquer, de prouver et de dénoncer les crimes anciens du christianisme, et ceux, passés, actuels et futurs de l'islam religieux et politique ? Par crainte de discréditer leur dogme, de heurter et d'ébranler les convictions religieuses de leurs adeptes ? Et, en nous taisant, piétiner la mémoire des millions de victimes dont le seul tort fut et demeure toujours de ne pas croire en ce qui est faux, farfelu et absurde ? L'on exhume et juge les crimes génocidaires de l'Histoire et l'on étoufferait l'histoire tragique des Juifs ? Pour que le mal se revête d'une conscience politiquement correcte ? La seule justice, le seul dédommagement que l'on puisse accorder aux Juifs et à Israël est de dire les choses comme elles sont, partout où la liberté de pensée et de parole est encore en vigueur. La seule justice, le seul dédommagement que l'on puisse accorder aux Juifs et à Israël est de dire les choses comme elles sont, partout ou la liberté de pensée et de parole est encore en vigueur.

  • A shocking book, far from the usual banalities on Europe. Written on the back of Brexit, it goes well beyond the referendum of 23 June 2016. Because Europe is sick. Sick at its powerlessness and mediocracy, sick at the new challenges that assail it, sick at the slow disaffection of the people it has ignored. Sick at its ambiguity in the aim of the European project.
    Three differing views, positive but without any concession. How did we get here?
    That of Nicole Fontaine, who presided over the European Parliament and has had an exalted career for almost a quarter of a century. That of François Poulet-Mathis, a radio and television journalist who has spent his whole career observing European institutions. And those of students of the oldest business school in the world, the international incubator of tomorrow's top economists.
    If it does not react, Europe is currently threatened by a dislocation that could see it only reduced to a single market place. It needs to be rethought. The way is open, and it's not too late

  • Après son célèbre Démocratie, j'écris ton nom - Faut-il juger les «présidents» africains ?, et son percutant J'Accuse - Tragédies africaines aujourd'hui (et nous y sommes maintenant et encore, au sens on ne peut plus propre), sur l'irresponsabilité et le silence criminels des états et gouvernants africains, sur la migration mortifère africaine, Paul Heutching, politiste-journaliste connu, fou de rage (dans l'esprit vif et militant contre ceux qui refusent d'accepter ce qui advient de l'Afrique), nous revient aujourd'hui avec ce brûlot vigoureux, Peuples de toutes les dictatures d'Afrique, révoltez-vous ici et maintenant !
    à vous de juger et d'en débattre.
    Pour lui, la CPI n'en fait pas assez avec les présidents sanguinaires africains à vie, coupables de parjures et de forfaitures au pouvoir. Qu'on les y envoie tous (certes, les dictateurs fous n'existent pas qu'en Afrique, mais pour lui, l'Afrique est prioritaire) !
    Et l'ONU (hypocrite, ambiguë et négrophobe peut-être) et son Conseil de Sécurité (de qui ?) en sont complices (au Togo, au Burundi, etc.). Paul Heutching accuse et s'émeut !
    Assez !

  • La politique nous parle-t-elle encore ? Ou parle-t-elle une langue morte, étrangère aux préoccupations de nos concitoyens ? Pourquoi les politiques censés se dévouer au bien commun sont-ils devenus au fil de leurs mandats des opportunistes poussés par l'ambition, la vanité et la cupidité ? Pourquoi nos politiques utilisent-ils les mêmes pratiques usées jusqu'à la corde comme la langue de bois, la mauvaise foi, l'hypocrisie, le politiquement correct, l'opposition bête et inefficace... Pourquoi invités sur les plateaux de télévision, ils donnent l'air d'être « sincères », « chaleureux », « compétents » et non pas courageux ? Pourquoi utilisent-ils à longueur de discours le simple mot « solidarité », sans en tirer les conséquences, sans consentir de sacrifices personnels pour lui donner du sens ?
    Assurément, ils ne croient plus en leurs propres mots. Une « société politique » qui ne croit plus aux mots qu'elle emploie, est vouée à disparaître. Pourquoi dès lors ne rompent-ils pas avec le conformisme, le passéisme pour essayer de nouveaux possibles et de produire une réalité multiple et une solidarité agissante ? Pourquoi à partir de cette nouvelle voie ne s'engagent-ils pas à personnaliser leur responsabilité politique ?

empty