Flammarion

  • Brel

    Alain Marouani

    Le photographe Alain Marouani a accompagné Jacques Brel dans la création de la plupart de ses pochettes de disque. Le chanteur, qui n'aimait pas se faire photographier, avait trouvé en lui un témoin respectueux de son image.
    Pour son dernier album Les Marquises, le photographe l'avait séduit avec une pochette originale : tout en nuages symbolisant l'espace, l'aventure, les rêves, l'évasion, ainsi que l'aviation et la navigation dont Brel était devenu un passionné.
    C'est sous le ciel de son île, son dernier refuge, que repose aujourd'hui l'artiste, comme se referme ce livre en son hommage.

  • Si Chopin donna très peu de concerts publics, n'éprouvant aucun goût pour l'estrade et les vastes assemblées, il fut en revanche un professeur extrêmement recherché, attirant à Paris de nombreux élèves, venus souvent de pays fort éloignés.
    Pressé par ses disciples et ses amis, soucieux de conserver témoignage d'un enseignement exceptionnel, Chopin commença à rédiger une méthode de piano, laissée inachevée au moment de sa disparition. Les notes et esquisses relatives à ce projet furent alors passablement dispersées comme autant de reliques d'un être déjà entré dans la légende. Dès lors, innombrables furent les pianistes qui se réclamèrent de son enseignement, invoquant, pour élargir parfois une clientèle crédule, ce véritable talisman pianistique qu'est le nom de Chopin. Jean-Jacques Eigeldinger a retrouvé, rassemblé et décrypté les diverses sources manuscrites, rédigées en français. Il en présente ici une édition complète, augmentée de témoignages et de fac-similés essentiels à une meilleure approche de l'enseignement, toujours actuel, d'un maître inégalé.

  • Les Mémoires de Berlioz tracent le portrait exemplaire d'une sensibilité à l'époque romantique.
    Né en 1803, Berlioz est le contemporain de Hugo, de Delacroix et l'aîné de quelques années de Mendelssohn, Chopin, Liszt, Schumann et Wagner ; il demeure cependant une figure isolée dans le paysage musical français et la singularité flamboyante de son ouvre suscite en France ironie et scepticisme. Trop souvent, le récit des triomphes sans lendemains alterne sous sa plume avec des échecs cuisants. Contraint de tenir le feuilleton musical du puissant Journal des débats, le compositeur s'est fait des ennemis par son intransigeance l'ace à la médiocrité de tant de créations contemporaines et au laxisme dans l'exécution des ouvres qu'il révère chez Beethoven, Gluck ou Weber.
    /> Des voyages mènent ce chef d'orchestre émérite à travers l'Europe et jusqu'en Russie, tandis que l'appui généreux de Liszt lui ouvre l'Allemagne des princes mélomanes. Berlioz revient alors à Paris comblé d'honneurs et de quelques profits, retrouvant l'obsédant feuilleton et une épouse malade, Harriet Smithson, qui fut, au théâtre, l'inoubliable Juliet de Shakespeare, l'inspiratrice de la Symphonie fantrastique...
    Les dernières années du compositeur sont assombries par les vicissitudes de son grand oeuvre, Les libyens, qu'il ne vit jamais intégralement représenté. Une flamme brille cependant encore en lui : son amour d'enfance pour Estelle Fornier qu'il revoit enfin - dernier épisode, peut-être le plus émouvant, de ces étincelants Mémoires.

  • Composé d'un beau livre et de nombreux objets : tickets de concerts, médiator, photomatons, paire de lunettes, stickers. ce coffret exceptionnel conçu à quatre mains par Matthieu Chédid et Lisa Roze dévoile les petits et grands secrets de M. On ne présente plus cet artiste talentueux et créatif qui a su séduire plusieurs générations de fans.
    Abécédaire, beau livre de photographies, l'ouvrage présente également des pop-up, des pages à découper ainsi qu'un cahier de coloriage. Dynamique et interactif, c'est donc le coffret indispensable pour tous les inconditionnels de M !

  • Le présent volume réunit la traduction de deux livres publiés à Londres, en 1771 et 1773, sous le titre de L'Etat présent de la musique en France et en Italie et L'Etat présent de la musique en Allemagne, aux Pays-Bas et dans les Provinces-Unies. Leur auteur, qui n'était qu'un musicien sans renom particulier avant de s'embarquer pour le continent, en revenait tout auréolé de ses rencontres avec Grétry, Voltaire, Galuppi, Diderot, Rousseau, Gluck, Métastase et CRE. Bach, sans compter diverses têtes couronnées. Même s'il avait conçu ses voyages comme une étape préparatoire à la rédaction de son Histoire générale de la musique, Burney voua la plus scrupuleuse attention à la vie musicale de son propre temps, dans ses aspects matériels (salles de spectacle, enseignement, statut des musiciens) aussi bien qu'artistiques (théorie, styles de composition et d'exécution). Inlassablement, Burney nous fait revivre ses expériences d'auditeur et de spectateur, avec la précision d'un homme de l'art et avec la pédagogie souriante d'un esprit nourri des philosophes de son siècle. Aux fausses certitudes de nos histoires de la musique, la lecture de Burney oppose le kaléidoscope d'une description éclatée, nous livrant en vrac les mille composantes hétérogènes qui font la musique de son époque, du plain-chant aux quatuors de Haydn, des carillons flamands à l'Iphigénie de Gluck. Véritable pionnier de la vulgarisation musicale, Burney semble avoir trouvé d'emblée le ton juste, puisque Diderot le remerciait ainsi de son premier livre : " J'ai voyagé avec vous, et c'est voyager en bonne compagnie ".

  • Une biographie fondée sur les témoignages directs recueillis par J.-N. Forkel (1749-1818) auprès des fils de Bach. Avec une étude des partitions du compositeur.

  • Durant la période qui va de 1581 à 1733 - de Beaujoyeulx à Rameau -, la France voit naître la tragédie lyrique et se développer le ballet, la musique religieuse s'imposer dans la vie de cour, la sonate et le concerto italiens envahir les salons, tandis que le clavecin supplante le luth à travers la prodigieuse activité musicale de figures comme Lully, Marin Marais, Delalande, Charpentier, Couperin, Rameau..., replacée dans le contexte des institutions et des pratiques du Grand Siècle, l'auteur retrace en profondeur, au-delà des débats sur la définition d'une " musique baroque française ", l'histoire musicale d'une époque singulièrement florissante. De la musique de théâtre à la musique de chambre vocale, en passant par la musique religieuse, les compositions pour luth, guitare et clavier ou encore la musique pour ensemble instrumental, la richesse du tableau fit de cet ouvrage, dès sa première publication (1981 pour l'édition française), la plus complète étude consacrée à cette période. Demeuré depuis un véritable classique, il lait ici l'objet d'une nouvelle édition, soigneusement établie sur la version définitive préparée par l'auteur, incluant de très nombreux ajouts et une importante mise à jour bibliographique.

empty