Gaelis

  • Paris - janvier 1875 Qui aurait pu penser qu'Ismérie Laugier, jeune bourgeoise de vingt et un ans, se retrouverait seule et sans ressources. Fuyant le domicile de son père en emportant des documents compromettants pour l'associé de ce dernier, avec lequel elle était fiancée, elle serait de ce fait mise au ban de la bonne société. Marchant sans but dans une ruelle sombre, elle est témoin de l'agonie d'une inconnue, elle aussi en fuite, dont le corps s'échoue dans ses bras et qu'elle doit abandonner à son sort.
    Son père, victime d'une attaque, n'étant plus en état de l'aider, Ismérie est recueillie par une vieille dame dont le frère, Louis Bertaut, est inspecteur principal à la préfecture de Police. Le policier est convaincu que les documents détenus par Ismérie permettraient d'arrêter cet ancien fiancé, commanditaire de brasserie où des jeunes femmes offrent leurs charmes en plus de la bière. Bertaut fait appel à Adam Maudeval, ancien médecin devenu détective, pour récupérer ces documents.
    Ismérie, fausse ingénue, garde secret l'endroit où ils sont cachés, n'ayant qu'une idée en tête : retrouver l'assassin de cette pauvre inconnue morte dans ses bras. Elle commence alors une enquête et découvrira que le détective Maudeval, un homme séduisant et austère, joue au justicier la nuit, en compagnie de Victoria sa maîtresse et d'Achille, un ancien officier de Napoléon III blessé à Sedan et souffrant de troubles nerveux.
    Ce premier tome d'Ismérie et Associés plante le décor. C'est dans ce pilote que l'on rencontre tous les protagonistes de cette série policière historique très référencée qui est une ode à la liberté, un moment de lecture léger plein de dentelles et de romantisme mais qui entretient une mémoire . celle des droits que les femmes n'ont pas toujours eus.

  • Paris - Novembre 1862..
    Un journaliste à la mauvaise réputation et un député proche de Napoléon III sont retrouvés morts, tués d'un coup d'épée dans le coeur à une dizaine de jours d'intervalle. Rien ne les rapproche si ce n'est d'avoir été assassinés dans des conditions identiques. Hadrien Allonfleur, lieutenant dans l'escadron des cent-gardes, est chargé par l'Empereur de démêler cette affaire peu banale. Aidé d'Amboise Martefon, un ancien inspecteur de la brigade de sûreté parisienne, bougon et moralisateur, Allonfleur aura besoin de se fier à son intuition pour mener son enquête d'autant plus qu'il devra faire face à une jeune femme au caractère affirmé qui se révélera un témoin clé, mais récalcitrant.

  • Gibson est le plus important des fabricants de guitares du XXe siècle. Si Gibson avait été un constructeur automobile, on pourrait écrire qu'il a produit des berlines de luxe comme des Formule 1, des 4 x 4, des mobylettes, des modèles rétro et la voiture de Monsieur tout-le-monde... Bref, toutes les déclinaisons imaginables d'instruments à cordes. Sa production fut pléthorique, ses innovations changèrent le destin de la guitare, et la liste des artistes qui ont oeuvré à son succès, de Les Paul à Eric Clapton, en passant par Bob Dylan, Bill Monroe, Chuck Berry et des centaines d'autres, se lit comme un Who's Who de la musique populaire américaine. Ce tome 3 traite de la production électrique de la compagnie, depuis le premier modèle de ce type, en 1935, jusqu'à la fin des années soixantedix, englobant guitares, mais également basses et amplis.

  • Un sale coup pour la fanfare

    Annabel

    • Gaelis
    • 25 Mars 2021

    Louis Saincharle a monté sa petite agence d'investigation, poussé par un grand-père bougon et épicurien, dont on ne sait même plus l'âge et qui vénère Jean Gabin autant que les belles-de-nuit. Ancien policier puis détective privé « à la grande époque », celle des fédoras et des revolvers, le vieux voit en Louis le héros que son fils n'a pas été pour cause d'alcoolisme et de mort prématurée. Contre sa volonté, Louis a eu une fille, Lulu, geek géniale aux formes et au caractère bien développés, que sa mère a abandonnée devant sa porte, à sa naissance. La petite Lulu (pour ne pas dire grosse Lulu) aide son père à comprendre ce nouveau monde où les criminels trouvent dans la technologie moderne un anonymat bien confortable. Louis Saincharle affiche un look résolument vintage, autant que ses habitudes et sa façon d'enquêter. Il n'a peur de rien, si ce n'est de déplaire à Rose Simon, une belle commissaire italienne dont il est désespérément amoureux. Il n'hésite pas à se mêler des investigations de Rose mais, contrairement à elle, peut se permettre quelques largesses avec les lois. Bon vivant, amateur de bonne chère et surtout intrépide et indomptable, Louis ne laisse pas indifférent Rose Simon qui s'interdit pourtant d'avoir une relation avec lui car il ressemble trop, beaucoup trop, à son père : Simon ! Et pour ceux qui ont suivi Les Enquêtes de Simon, il s'agit bien là de l'histoire de Rose, la fille de Simon qui, pour rendre hommage à son père, à La Gandolle, à Bébert et au Commissaire, est devenue tout naturellement commissaire de police de la PJ de Paris. Cette série n'est pas à proprement parler la suite des Enquêtes de Simon mais on y retrouve quelques clins d'oeil et un peu de vocabulaire !

  • En quarante années de tournées en tant que musicien et journaliste, Christian Séguret a croisé les plus grands guitaristes de la planète dont il a recueilli les confidences pour des dizaines de magazines français ou étrangers. Il réunit ici ces entretiens dans leur intégralité, et les assortit de portraits biographiques ponctués d'anecdotes vécues aux côtés de ces guitar heroes et chanteurs-guitaristes parmi les plus célèbres, piliers du blues, du jazz, de la country et bien sûr du rock. Jimmy Page (Led Zeppelin), Mark Knopfler (Dire Strait), Les Paul, Bonnie Raitt, Willie Nelson, Scotty Moore et James Burton (Elvis Presley), Johnny Cash, Albert Collins, Biréli Lagrène, Steve Cropper (Otis Redding, Blues Brothers), John Mayall et des dizaines d'autres se confient ici comme rarement. Ces musiciens, souvent hostiles aux médias, et lassés de ressasser leurs éléments biographiques, sont ici rassurés par le statut de « confrère » de l'auteur et sa connaissance du sujet, et se livrent comme rarement. Un témoignage rare et surprenant sur tous ces monstres sacrés de la musique, dont beaucoup sont aujourd'hui disparus.

  • La compagnie Fender a joué un rôle essentiel dans le développement de la guitare électrique « solidbody », et ses modèles, adoptés par des guitaristes majeurs dès leur avènement dans les années cinquante, ont contribué à poser les bases de la musique populaire de la deuxième moitié du XXe siècle.

    Eric Clapton, Jimi Hendrix, Marc Knopfler, Bonnie Raitt, Jeff Beck, James Burton, Roy Buchanan, Vince Gill, Steve Cropper, Muddy Waters, George Harrison...?Tous ces artistes, et quantité d'autres, on écrit des pages mémorables du rock, du blues, du rhythm'n'blues ou de la country avec, entre les mains, un des modèles de légende élaborés par le génial Leo Fender.

    Dans ce premier volume d'une encyclopédie de poche entièrement dédiée à la guitare vintage, l'auteur retrace le destin de modèles désormais copiés par tous les constructeurs de la planète : Stratocaster, Telecaster, Jazzmaster, Jaguar, Precision, Jazz Bass, Duo-Sonic, Musicmaster...

  • Gibson est le plus important des fabricants de guitares du XXe siècle. Si Gibson avait été un constructeur automobile, on pourrait écrire qu'il a produit des berlines de luxe comme des Formule 1, des 4 x?4, des mobylettes, des modèles rétro et la voiture de Monsieur tout-le-monde... Bref, toutes les déclinaisons imaginables d'instruments à cordes.

    Sa production fut pléthorique, ses innovations changèrent le destin de la guitare, et la liste des artistes qui ont oeuvré à son succès, de Les Paul à Eric Clapton, en passant par Bob Dylan, Bill Monroe, Chuck Berry et des centaines d'autres, se lit comme un Who's Who de la musique populaire américaine.

    Ce tome 2 traite de la production acoustique de la compagnie, depuis sa création en 1902, jusqu'à la fin des années soixante-dix, et englobe bien sûr les guitares, mais également les banjos, mandolines et autres instruments.

  • Divination fatale

    Irène Chauvy

    • Gaelis
    • 3 Septembre 2020

    Paris - Été 1873..
    Jane vient en aide à une jeune femme, Rose Deslilles, prise d'un malaise dans la rue. Elle apprend que sa fille, Henriette, âgée de six ans, a été retrouvée étranglée dans le jardin familial un an plus tôt. Or, la Sûreté s'interroge toujours sur le mobile du crime et l'identité du meurtrier. Quelques semaines plus tard, c'est au tour de Rose d'être découverte agonisante dans sa maison. Intriguée par l'assassinat de la fillette et par les circonstances troubles de la mort de Rose avec laquelle elle s'était liée d'amitié, Jane décide de mener sa propre enquête. À cette occasion, elle croise l'inspecteur principal Lucius, son adjoint Vougeol et fait la connaissance de Nathan Forève, un juge austère mais séduisant, qui reprend le dossier du meurtre non encore élucidé d'Henriette Deslilles. Jane ne ménage pas ses efforts tant et si bien qu'elle découvre un autre crime qui aurait eu lieu dans le voisinage des Deslilles. Dans son enthousiasme et aussi par manque d'expérience, elle met sa vie en danger. Mais la Sûreté veille ainsi que le juge Forève, conquis malgré lui par le charme de Jane. La vérité sera étonnante et les voies qu'elle empruntera pour éclater feront la part belle au paranormal au grand dam du cartésien Nathan Forève.

  • L'affaire des glacieres

    Irène Chauvy

    • Gaelis
    • 3 Septembre 2020

    Paris - Décembre 1873.
    Charles Develor, rentier, est découvert sans vie dans un des pavillons des glacières du bois de Boulogne. Il a été torturé et étranglé. Deux jours plus tard, Eugène Grabet, menuisier, est retrouvé assassiné dans les mêmes conditions dans son atelier du quartier de Popincourt. Peu de temps avant leur mort, tous deux avaient reçu la Médaille militaire pour leur attitude héroïque durant la guerre contre les Prussiens en 1870. Commence alors pour Anton Lucius, inspecteur principal à la Sûreté parisienne, une enquête minutieuse aux ramifications sordides dans laquelle Jane Cardel sera amenée à intervenir sans le vouloir. Persuadés que l'explication de ces meurtres se trouve dans le passé militaire des deux hommes, le juge Nathan Forève et le policier se rendent à Dijon puis dans le Jura à la frontière avec la Suisse où s'est joué, début 1871 dans le froid et la neige, un épisode dramatique pour l'armée de l'Est.

  • Le chant des crimes

    Marc Renneville

    • Gaelis
    • 5 Juin 2021

    Ce livre musical raconte une affaire criminelle célèbre et désormais historique et chronique la succession des complaintes musicales qui s'y rapportent. L'affaire choisie est celle de Joseph Vacher, tueur de bergers qui sévit dans le sud-est de la France entre 1894 et 1897. Vacher fut l'un des premiers tueurs en série français, et ses crimes furent très largement commentés, transcrits, rapportés et, comme on l'écrirait aujourd'hui, « médiatisés ». Égorgeur, violeur, éventreur, le mode opératoire de Joseph Vacher et sa prédilection pour les jeunes victimes en font le prototype du meurtrier sexuel. Joseph Vacher incarne la figure du monstre criminel contemporain, et de ce fait, ses méfaits revêtent un intérêt particulier pour le lecteur et l'auditeur modernes ; leur adéquation avec une actualité hélas trop prégnante, et leur scénographie liée au cadre et au mode de vie de l'époque proposent une double lecture et une double écoute pour l'observateur contemporain auquel il est proposé ici le texte, l'image, mais également le son lié à cette affaire. Embarquer le lecteur dans une plongée immersive, un retour au temps de l'affaire pour approcher au plus près l'expérience sensible de la réception populaire de l'affaire qui inspira largement le film de Bertrand Tavernier : Le Juge et l'Assassin. Tel est le pari de cet ouvrage.

  • à l'ombre des sucrières

    Irène Chauvy

    • Gaelis
    • 15 Janvier 2021

    Île de la Réunion - Novembre 1865.
    « Cette île ne me vaut rien. Je m'étais rendu à l'évidence, elle était en train de grignoter mes forces vives. Je n'avais aucune prise sur les événements. Or, j'avais besoin d'action, une enquête à mener, et il y en avait une qui frétillait comme un goujon au bout d'une ligne ».Hadrien Allonfleur, capitaine des cent-gardes, devenu enquêteur officieux de Sa Majesté Napoléon III, est sommé par le ministre de l'intérieur, de s'éloigner de Paris durant quelques mois, le temps de se faire oublier. Qu'à cela ne tienne, notre officier fougueux se joint à un ami qui part pour l'île de La Réunion. Héloïse, jeune femme impertinente et talentueuse auteur de romans à succès, en quête d'aventure, sera également du voyage. Lorsqu'il apprend qu'un planteur de canne à sucre a été assassiné, Hadrien accepte avec empressement, à la demande de sa veuve, de reprendre des investigations qui n'ont abouti qu'à l'arrestation d'un tout jeune garçon. Anciennement terre d'esclavage, essentiellement tournée vers la culture de la canne à sucre, où les ouragans ne sont pas rares, où la pauvreté côtoie la richesse, l'île de La Réunion à la splendeur puissante peut se révéler dangereuse pour les âmes et les corps. Hadrien en fera la douloureuse expérience. Il devra compter avec la torpeur qui l'envahit à l'approche de l'été austral, lutter avec une nature exubérante, et résister à la beauté des Réunionnaises. Mais notre capitaine, fidèle à sa réputation, ira jusqu'au bout de cette affaire qui le laissera à bout de souffle et pas seulement physiquement."

  • L'assassin aux violettes

    Irène Chauvy

    • Gaelis
    • 3 Septembre 2020

    Paris - Décembre 1873..
    Un curieux brouillon de lettre daté de 1868 fait mention d'un homme, mort étranglé, un foulard jaune recouvrant ses yeux, et d'un bouquet de violettes déposé à proximité du corps. Or, Alphonse Ventaine, un bourgeois d'apparence respectable, vient d'être découvert assassiné dans des circonstances identiques. L'enquête est confiée à l'inspecteur principal Lucius. Le fils d'Alphonse Ventaine est arrêté et accusé de parricide. Nathan Forève, qui a quitté la magistrature pour le barreau, accepte de se charger de sa défense. Entretemps, Jane, lasse d'attendre que Nathan se déclare, s'est tournée vers un autre prétendant.Fragilisé par la défection de la jeune femme, Nathan devra faire face, seul, au deuil et à des souvenirs sordides. Malgré elle, Jane sera amenée à prendre part aux côtés de Lucius et de Nathan Forève à la résolution de cette affaire complexe.

  • Les plumes

    Annabel

    • Gaelis
    • 3 Septembre 2020

    En plein coeur des années 20, le détective Simon, Italo-Stéphanois et Parisien par obligation, exerce son métier avec cynisme et acharnement. Il mène des enquêtes sans intérêt, se bornant à retrouver des chiens de riches égarés, et prendre en faute des maris adultères. Jusqu'au jour où la théâtrale Lady Hurbery lui demande de retrouver un tableau pour lequel elle a posé nue et qui, s'il était dévoilé, pourrait la compromettre.
    Dès son arrivée en Angleterre, il rencontrera Lord Arthur Hurbery, homme de caractère et cocu résolu, qui le chargera d'une enquête parallèle à celle que sa femme avait confiée au détective. Alors que Simon vient de passer sa première nuit dans le manoir des Hurbery, on retrouve la Lady sauvagement assassinée dans sa chambre. C'est la première enquête de Simon. A travers l'Angleterre aristocratique et aidé par son comparse Bébert, dit Albert de la Martinière, aristocrate repenti, Simon ira de meurtre en meurtre, se cognant à cette noblesse anglo-saxonne qu'il prendra plaisir à déranger.
    Une enquête difficile et longue durant laquelle il devra affronter l'inflexible Inspecteur Adams de Scotland Yard et qu'une chasse à la grenouille du petit Johnny fera grandement avancer. Les personnages sont drôles, libres et émouvants et abusent tous de la bonne chère et de la vie, comme Simon le fait par nécessité et par pessimisme. Amateur de vin et de tabac, le détective Simon résoudra cette enquête avec les moyens que les Années folles mettent à sa disposition, non sans mal, mais avec humour et impudence.

  • Paris - Juin 1865.
    Hadrien Allonfleur, capitaine à l'escadron des cent-gardes, est convoqué par l'impératrice Eugénie. Le corps de Marcus Goubert, un homme à qui elle vouait une amitié sincère, vient d'être retrouvé au pied du glacier des Bossons. Il avait disparu dix ans plus tôt au cours d'une ascension du Mont Blanc. Il s'agit d'un meurtre et Allonfleur est chargé d'en rechercher les circonstances et l'auteur. À Chamonix où la saison estivale débute, l'enquête pour traquer un assassin déterminé qui ne s'arrêtera pas à un seul homicide se révélera déroutante pour le capitaine qui devra compter avec Amboise Martefon, un ex-inspecteur de la Sûreté, dépendant au laudanum et curieusement peu intéressé par une affaire dont il avait voulu à toute force se mêler. Viendront les rejoindre, un inspecteur de la sûreté en principe plus rompu aux crimes parisiens qu'à la rigueur du climat chamoniard, et une romancière aux héroïnes malmenées dans leurs vies bourgeoises, mais sachant mentir avec aplomb. Hadrien trouvera cependant aide et assistance auprès d'un médecin corse installé à Chamonix pour, semble-t-il, échapper à des tueurs invisibles. Gageons que le capitaine Allonfleur mènera à bien cette nouvelle enquête, qui remettra en cause ses convictions sur la loyauté, l'amitié et l'amour.

  • Novembre 1864.
    Hadrien Allonfleur, capitaine à l'escadron des cent-gardes, est convoqué à Compiègne. Le corps d'une femme, à l'évidence assassinée, a été retrouvé aux abords du château où le couple impérial tient ses réceptions d'automne. Allonfleur entraîne avec lui Amboise Martefon, ancien inspecteur de la sûreté qui préférerait rester au chaud à Paris plutôt que de braver le froid compiégnois de ce mois de novembre 1864. Ce qu'ils découvriront sera éprouvant pour les deux hommes pourtant rompus aux pires forfaits. Hadrien Allonfleur est tenace. Ce n'est pas la connaissance d'une délicieuse romancière, ni les fastes du château de Compiègne qui le détourneront de sa mission : arrêter un assassin afin de mettre fin à une série de crimes odieux, quitte à affronter l'hiver cévenol pour résoudre cette affaire, la plus difficile qu'il ait eue à élucider jusqu'alors.

  • Les cocottes

    Annabel

    • Gaelis
    • 5 Septembre 2020

    On a retrouvé un duc anglais, assassiné, les fesses à l'air chez la Grande Baestria. Le commissaire de la PJ de Paris fait appel à Simon. C'est Berthe Commartin, ancienne aiguilleuse de la cocotte, morte depuis des années, qui donne l'alerte. Les services secrets britanniques s'en mêlent car c'est dans les salons de la demi-mondaine que le duc de Swanson, qui fut son amant, s'est fabriqué ses célèbres petits carnets, outils précieux pour le chantage qu'il exerçait sur les riches et illustres amateurs de soirées galantes. Mais comme un meurtre ne suffit pas, on retrouvera un quidam noyé dans une baignoire de champagne, prouvant à Simon qu'il est en face d'un tueur en série obsédé par le sexe et la luxure. Avec l'aide de l'inspecteur Adams, Bébert, le commissaire et son jeune adjoint insatiable la Gandolle, il résoudra cette enquête aux allures légères avec peine car elle l'obligera à oublier sa pudeur et faire preuve de tolérance. Le Petit Canit, bistro d'Huguette, Stéphanoise fleurie de flanelle avec qui Simon parle le gaga, servira de quartier général où tous les excès gastronomiques et oenologiques seront permis.

    Dans le Paris des Années folles, Simon découvrira le monde des « grandes horizontales » dont la folie s'est éteinte pendant la Première Guerre mondiale, mais dont le souvenir perdure encore. C'est une histoire impudique et drôle où les personnages attachants et amateurs de bonne chère qui font l'univers de Simon baigneront sans complexe dans la luxure, pour finir au Paradis.

  • Les pigalliers

    Annabel

    • Gaelis
    • 5 Septembre 2020

    1923. On a retrouvé un quidam, décomposé et plié dans un étui de contrebasse à l'Accordeur de piano. Alertée par l'odeur, Zaza, la petite serveuse perdue dans tous les sens du terme et qui cherche son Manu partout, panique. C'est forcément lui, dans la contrebasse. Le commissaire de la PJ du quai des Orfèvres est à l'hôpital. Simon, alarmé par la Gandolle, vient à sa rescousse pour résoudre cette affaire peu commune. Dans cette enquête où des meurtres se succéderont sans qu'il ne puisse rien y faire, Simon va découvrir l'envers du décor de ces cabarets parisiens où se mêlent le talent des artistes et la fascination du public. Il va rencontrer l'Oiseau, meneuse de revue charismatique et sèche aux moeurs dépravées. Vivra dans l'intimité d'une équipe de musiciens, tous solidaires et liés par la même frénésie. Parmi eux, Edwin, le percussionniste américain amateur de jazz ; Amédée, un accordéoniste timide et Lazare, le chef d'orchestre détesté car il est en jambe avec la patronne. Il rencontrera Chastignole, le mari de l'Oiseau et patron insensible du Cabaret. Il sera guidé par Jojo, le régisseur spontané et rustique de la salle et découvrira ce qu'est la vie d'un croque-note. Avec le Commissaire et la Gandolle, ils parleront en argot et se permettront tous les excès.

    Dans cette enquête du début des Années folles, Simon se retrouve au spectacle, celui que l'on ne montre pas aux spectateurs. Il entendra le bourdonnement pervers et sordide qui persécute ce monde des arts de la nuit où la joie n'est bien trop souvent qu'illusion.

  • Les invertis

    Annabel

    • Gaelis
    • 5 Septembre 2020

    Depuis un mois, des corps déguisés et travestis auxquels on a greffé des morceaux prélevés sur des animaux sont abandonnés dans Pigalle. Tout accuse Gabriel, et ses nuits passées à danser sur scène en travesti à l'Uranus ne plaident pas en sa faveur. Chirurgien de talent, il devient pourtant, aux yeux de tous, le nouveau Frankenstein. Pour venir en aide à son ami, Simon entre dans le tourbillon d'un Pigalle interlope où les préférences sexuelles ne sont un problème que pour ceux qui les jugent. Aidé par Bébert, le commissaire et la Gandolle, il devra résoudre cette enquête mais aussi faire appel à son Italienne de mère toujours de mauvaise humeur, mais prête à aider son fils, pour garder ce petit bébé que l'on a déposé chez lui, un soir pendant qu'il dormait. Les meurtres s'enchaînent et les créatures créées par le meurtrier ne prennent vie que dans la réalité de l'âme humaine. Simon suivra la piste du « Monstre » jusque dans un manoir en Normandie et même dans une piscine de lait que Cléopâtre aurait adorée. Pour que l'on continue à danser à l'Uranus, les visages seront démaquillés, les corps et les âmes déshabillées. Dans le Paris des Années folles, Simon évoluera avec plaisir au milieu des Invertis bien plus libres à cette époque qu'aujourd'hui. Il devra comprendre la souffrance de ces hommes et de ces femmes dont l'apparence souvent extravagante n'est, au final, pas si trompeuse. Comme toujours, les personnages de cette histoire sont amateurs de bonne chère, authentiques et drôles.

  • Juillet 1863.
    « Comment aurais-je pu penser que la petite existence à laquelle je m'étais habitué volerait en éclats lorsque je me présentai à Saint-Gratien convoqué par la Princesse Mathilde ? » Clarisse Livry, danseuse à l'Opéra impérial, est victime d'un épouvantable accident. Lors d'une répétition, son tutu s'est enflammé au contact des becs de gaz qui entourent l'avant-scène. Pour tous, il ne s'agit que d'un tragique accident. Seule sa mère croit en un crime prémédité. Le ténébreux capitaine Hadrien Allonfleur est chargé de l'affaire. Erreur de jugement ou victime de fausses apparences, il ne croit pas à un assassinat. Préoccupé par des problèmes personnels, il bâcle l'enquête, mais un nouveau meurtre remettra ses conclusions en question. Aidé d'Amboise Martefon, inspecteur de la sûreté à la retraite, il se donnera alors pour but de découvrir le ou les meurtriers, allant jusqu'à Saint-Malo pour trouver un lien à ces tragiques évènements. L'effroyable vérité le rendra-t-elle plus tolérant envers ses semblables ou le confortera-t-elle dans sa certitude de la noirceur de l'âme humaine ?

  • La rue des dames

    Annabel

    • Gaelis
    • 15 Janvier 2021

    1925. Cela faisait quelque temps déjà que l'on s'inquiètait pour Louise de Contrevent. L'ancienne actrice et cocotte du Président du Conseil a disparu. Alors, forcément, en haut, on s'agite, on murmure, on se lèche les babines ! C'est très agréable de trouver un cadavre dans le placard de son adversaire. Mais puisque le commissaire ne l'appelle pas, Simon s'imposera sur cette enquête comme à son habitude. L'appartement de Louise, situé square la Bruyère à Paris, semble attendre le retour de l'actrice dans une éternité tranquille que Jo Parker, une meneuse de revue noire américaine au succès légendaire, viendra troubler sans pudeur. Simon sera pourchassé par un Russe aux yeux d'aciers qu'un collier, offert à Louise par sa tsarine lâchement baignée dans de l'acide, obsède. Accompagné par le commissaire et par Jo Parker dont il essaiera de comprendre les habitudes, il suivra la trace de la cocotte jusqu'en Ardèche. Il rencontrera des enfants de la misère que la vie a abandonnés sous un petit kiosque à Aubenas, cultivera ses idées noires à cause d'une gitane qui lit trop clairement en lui et se heurtera aux habitants d'un village ardéchois qui se taisent. Et il prendra du temps pour lui. Pour écouter un perroquet qui ne parle pas assez ou trop, mais aussi pour discuter avec les habitants hauts en couleurs du square la Bruyère qui renferme dans son jardin autant de secrets que d'histoire de « galipettes » et suivra une malle dans laquelle une mère meurtrière et sa fille ont l'habitude de faire voyager quelques cadavres.

    Se déroulant au coeur des Années folles, basée sur des faits réels et sur l'histoire du square la Bruyère, cette nouvelle enquête de Simon offre des rebondissements et un dénouement tous sortis de l'imagination fantasque de l'auteur. On prend plaisir à retrouver l'attachante et fine équipe du quai des Orfèvres et ses personnages drôles, amateurs de bonne chère, authentiques mais cyniques nous font passer du rire aux larmes avec bonheur.

  • Le guide du divorce ; conseils et astuces Nouv.

    Le parti pris de ce Guide, destiné en priorité aux hommes, peut choquer. Mais il est le reflet d'une réalité confirmée par les chiffres : les hommes sont statistiquement les grands perdants lors des séparations les plus douloureuses, puisqu'ils obtiennent très rarement la garde de leurs enfants, et que l'octroi d'une prestation compensatoire et d'une pension alimentaire se fait, dans l'immense majorité des cas, à leurs dépens. Sans juger du bien-fondé des décisions judiciaires et sans prendre parti sur la validité ni l'actualité des textes de lois impliqués, ce Guide a pour seul but d'aider les hommes à s'y retrouver dans la jungle des démarches, décisions judiciaires, protocoles administratifs abscons qu'ils ne manqueront pas de rencontrer durant une procédure qui peut s'étaler sur plus d'une décennie. Contrairement à la plupart des guides existant sur le sujet, celui-ci n'est pas écrit par un juriste professionnel, mais par une femme qui a vécu en direct le divorce de son compagnon. Après des années passées à décrypter le jargon des professionnels des « Affaires familiales », à jauger de la compétence ou du dilettantisme de certains avocats, de souffrir de la lenteur légendaire de tout le système judiciaire, elle propose ici un Guide pratique pour ne pas s'égarer dans les méandres d'un parcours sinueux et souvent interminable...

  • Encyclopédie de la guitare t.4 ; Martin Nouv.

    Guitariste professionnel depuis quarante ans, Christian Séguret est également un auteur prolifique sur le sujet, et il a écrit des centaines d'articles autour de la guitare « vintage » et de collection, publiés au fil des années dans des dizaines de magazines. Il a ainsi décidé de réunir ses connaissances et les documents accumulés sur le sujet au sein d'une Encyclopédie en six volumes dont la parution a débuté à l'automne 2019. Cette série d'ouvrages traite essentiellement des grandes marques de guitares américaines qui ont dominé le marché de la musique populaire depuis plus d'un siècle, et qui ont contribué à la naissance des genres musicaux qui ont bercé ces décennies : jazz, blues, country, rockabilly, rock, funk, etc. Ces différentes marques et leurs intitulés dessinent le déroulé des tomes successifs, qui auront pour titre : Fender, Gibson acoustiques, Gibson électriques, Martin, Gretsch, et Epiphone. Chaque tome cerne les périodes les plus significatives de chaque marque, et fait volontairement l'impasse sur la production contemporaine, qui consiste le plus souvent en une déclinaison des modèles « historiques » de chaque compagnie, et qui ne possèdent pas le pouvoir d'attraction, le mojo, ni le plus généralement la qualité des instruments produits durant l'âge d'or de ces constructeurs mythiques.
    Informations

  • Les batards de Picpus

    Annabel

    • Gaelis
    • 14 Mai 2021

    Septembre 1925. Ils profitaient de quelques jours de soleil mérités et de bonnes bouteilles de vin, lorsque Simon et le commissaire furent appelés en urgence au chevet de la Gandolle, suicidaire depuis que toute l'équipe avait été mise à pied. À Paris, le jeune adjoint force la main du divisionnaire pour que Simon enquête néanmoins sur la découverte de fresques peintes à l'insu des commerçants du quartier italien de Picpus, dans les caves de leurs magasins. Toutes sont exécutées de main de maître et affichent le paysage que ces hommes assassinés ont vu pour la dernière fois. Le premier corps est celui du fils de Gabriele Di Marzo, un puissant parrain de la pègreitalienne de Paris, et cette rencontre fait remonter à la surface des souvenirs difficiles pour Simon. Pendant que les fils des parrains tombent sous le pinceau aiguisé d'un meurtrier maîtrisant les techniques de la fresque de façon rare, Simon évolue dans le milieu italien en se fondant dans le décor et renoue avec ses racines malgré lui. Il ne forcera pas les habitants de la communauté à enfreindre les lois de l'Omerta, connaissant trop les risques et il guidera le commissaire à travers cette enquête dangereuse. Giuseppe, un petit ramasseur de mégots florentin immigré, l'emmènera dans la zone des fortifications et Simon, qui retrouvera ces airs d'antan qui ont bercé son enfance aura du mal à confondre un meurtrier qui, tout comme lui, est attaché a ses croyances et a ses coutumes autant qu'à son honneur. Simon se piquera aux épines des figues de barbaries de ces « Familles » qui règnent sur les quartiers parisiens qu'ils se sont partagés. Il se retrouvera au milieu d'une vendetta dont il pourrait bien être la cible. Il renouera avec certaines traditions, qu'elles soient hors-la-loi ou pas, rencontrera un marchand de couleurs pour qui le monde est bien trop terne, un curé qui protège ses ouailles sans faire de distinction ou presque, un amiral de la Marine à la retraite qui mène encore ses troupes de main de fer et n'oubliera certainement pas de danser la Tarentelle avec Violette...

  • Les enquêtes d'Hadrien Allonfleur t.7 ; le sang des aigles Nouv.

    Paris, 1866 À son retour de l'île de La Réunion, Hadrien Allonfleur apprend que son meilleur ami, Camille Laurens, s'est enfui après avoir assassiné un agent de la préfecture de police. Il est accusé d'appartenir à une société secrète et de fomenter un attentat contre Napoléon III. Hadrien serait un de ses complices. Traqué par la police, il trouve refuge auprès d'Amboise Martefon, un ex-inspecteur de la Sûreté parisienne. Il va devoir prouver l'innocence de Camille, sauvegarder son honneur de capitaine des cent-gardes et éviter de terminer ses jours au bagne. Mais ce n'est pas la seule surprise que lui a réservée Camille qui détient des documents susceptibles de porter atteinte à la réputation des Bonaparte. Des documents que la princesse Mathilde, la cousine de l'Empereur, et Napoléon III lui-même veulent récupérer, chacun ayant une idée particulière de leur contenu. Allonfleur, poursuivi par la brigade politique, arpente sans répit les rues parisiennes, interroge, cherche, court, n'en oublie pas de faire quelques rencontres féminines ; tandis que Martefon assis sur un fauteuil confortable, envoie ses plus fidèles indicateurs enquêter pour lui. Malgré les dangers encourus, les fausses pistes, un complot à déjouer, un ami à sauver, des secrets de famille à préserver, Hadrien Allonfleur n'en perdra pas pour autant sa nonchalance, mais prouvera qu'il ne manque ni d'intrépidité et ni de sagacité.

empty