Rocher

  • Derrière la figure rose bonbon de Sissi impératrice, il y a une femme d'une modernité étonnante qui ne pensait qu'à maigrir comme nos contemporaines, s'infligeait des régimes sportifs et alimentaire draconiens, était fascinée par les révolutions, la beauté, la poésie - elle était elle-même poète -, qui adorait la Hongrie dont elle fut sacrée reine, et haïssait la cour de Vienne dont elle fuyait les fastes aux quatre coins de l'Europe. Elisabeth Reynaud nous fait découvrir dans ce livre la vraie dimension d' Elisabeth d'Autriche, qui ne craignit pas de procurer à son époux, l'empereur François-Joseph, une maîtresse, Catherine Schratt, et perdit son fils Rodolphe suicidé à Mayerling, à l'âge de 31 ans. A travers les journaux de ses dames d'honneur, la comtesse Irma Staray, et la comtesse Marie Festetics, de sa nièce, le comtesse Larisch von Wittelbach et de son répétiteur grec, Constantin Christomanos, les lettres de sa fille, Valérie, on voit se dégager le portrait d'une femme méconnue, d'une grâce, d'une fragilité et d'une force peu communes, sans oublier un humour ravageur. La récente publication de ses écrits permet également d'entrer plus profond dans l'âme tourmentée et exigeante de celle qui écrivit des pages étincelantes sur la folie, la cause des peuples et l'amour. Le moins étrange n'étant pas celui qu'elle partagea avec son cousin, le roi Louis II de Bavière.

  • Dans l'imaginaire occidental, et pas seulement, Cuba reste cette terre de plaisir, où des plages de carte postale la disputent à la beauté insolente de ses femmes, où la sensualité n'est pas vain mot et le tourisme sexuel jamais très loin. Où les meilleurs cigares du monde, roulés à même les cuisses dodues des mulâtresses dont ils tirent leur saveur, s'accompagnent de la dégustation d'un rhum Añejo vieux d'une bonne quinzaine d'années. Les amateurs y verront là un avant-goût du Paradis terrestre, que Christophe Colomb situera d'ailleurs à quelques milles marins de là. D'autres y ajouteront les nombreux rythmes essaimés tout au long de son histoire, notamment aux XIXe et XXe siècles, et qui depuis ont fait danser la terre entière. Si habanera, son et autre danzón n'interpellent que les plus âgés, même les « sautilleurs » de tekno d'aujourd'hui ont entendu, au moins une fois dans leur vie, parler du boléro, de la rumba, du mambo, du chachachá, et plus encore de la salsa, très à la mode, en partie à cause du boom touristique, ces derniers temps. Les grosses et belles américaines des années 1940 et 1950, qui continuent de rouler leur carcasse rutilante aux quatre coins de l'île, de La Havane en particulier, certaines avec le million de kilomètres au compteur, charrient aussi leur part de nostalgie et prolongent l'idée d'un pays suspendu dans le temps. Il en est de même pour le cinéma hollywoodien qui, avec des films comme Cuba (1979) de Richard Lester, Havana (1990) de Sydney Pollack ou encore The lost city (2005) d'Andy García, renvoie encore et toujours à l'île d'avant la révolution castriste. Des films certes très beaux, mais qui trahissent, souvent malgré eux, la vision du propriétaire parti en laissant sa maison close et qui s'attend à la retrouver à l'identique à son retour.

    Les amoureux de Cuba, les vrais, savent bien que l'identité de l'île ne s'arrête pas à ces regards nostalgiques ni aux slogans éculés d'un pouvoir à bout de souffle qui cachent souvent une réalité autrement différente. Pour merveilleuses qu'elles soient, ces visions n'en sont pas moins des stéréotypes qui ont contribué à façonner une image figée d'un pays dont le dynamisme n'est plus à démontrer.

  • De la révolution bolchevique à la guerre froide, de la perestroïka à l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine, la Russie a connu durant le XXe siècle des événements décisifs, aux répercussions géopolitiques majeures.
    Quel regard porter sur ces années cruciales qui ont engendré l'une des plus grandes ruptures de l'Histoire ? Pour mettre en lumière le passé et décrypter les enjeux que doit affronter la jeune Fédération de Russie, deux hommes, intimement marqués par le Siècle rouge, échangent leur expérience et leur analyse. L'un, Vladimir Fédorovski, diplomate russe, a subi de l'intérieur le système totalitaire et participé à sa destruction ; l'autre, Alexandre Adler, intellectuel européen d'abord séduit par le communisme, a finalement perdu ses premières illusions.
    Deux itinéraires et deux points de vue, tantôt convergents, tantôt divergents, qui posent un regard neuf sur les leaders et les rouages du Siècle rouge, et interrogent sans tabou la Russie d'hier et d'aujourd'hui.

  • Pour la petite Janine Boissard qui se sent différente des autres et souffre de solitude, le théâtre de marionnettes, proche de chez elle, va devenir le lieu magique où tous les rêves, tous les espoirs sont permis.
    Un jour, elle se le promet, elle sera la princesse des contes de fées, celle que Guignol sauve de la méchante sorcière. En attendant, la Seconde Guerre mondiale lui apprend que monstres et ogres existent bien, en lui enlevant un père très aimé. Ballottée d'une école ou d'une pension à l'autre pour cause de " mauvais esprit ", Janine s'accroche à son rêve, être un jour connue et reconnue. Ainsi naît une vocation : elle sera écrivain.
    Les lieux magiques de Janine Boissard sont aussi ceux où elle retrouve ses grands-parents et une famille " où il y a tant de cousins qu'on ne connaît pas toujours leur nom ". Famille où les valeurs sont à l'honneur, où l'on parle haut et fort de la fierté d'être français, valeurs qui imprégneront toute l'oeuvre de l'auteur. Et si ces lieux magiques étaient tout simplement ceux des sentiments authentiques, l'amour et la tendresse portés aux autres ?

  • Poète, jongleur de mots, Fou chantant, Charles Trénet demeure surtout l'enchanteur de nos vies et de nos souvenirs. Auteur compositeur et interprète de génie, il nous accompagne encore aujourd'hui et ressuscite la mémoire des jours heureux pour notre plus grand bonheur. Cinquante ans de carrière mais le grand Charles n'est absolument pas mort. Comment pourrait-il en être autrement, d'ailleurs, d'un artiste qui a si bien interprété l'amour, le plus beau des sentiments humains ? Avec lui, l'amour devient la Vie. L'amour de tous les prénoms féminins, des fleurs, des paysages, de son pays natal et l'humour aussi, constamment présent. Si Charles est parti, il nous reste ses chansons, des images et des mots par milliers, dont la musique résonne irrésistiblement au fil de ces pages. Oui, ce livre est un livre d'amour, un livre d'hommage aussi, et une célébration du bonheur de vivre que l'on ne peut s'empêcher de chanter avec lui ! Nelson Monfort est l'un des journalistes sportifs les plus appréciés du public. Il a publié aux éditions du Rocher un ouvrage largement illustré plébiscité par le public, Jean Ferrât, ainsi que Le Roman de Londres.

  • D'Ulysse à Errol Flynn, d'Athos à Pierre Loutrel, de Tintin à Joseph Kessel, sans oublier Mary Read, Anne Bonny et Karen Blixen, ce Roman des aventuriers dresse le portrait piquant de ces héros d'hier et d'aujourd'hui qui ont décliné le mot « aventure » à toutes les sauces, à toutes les époques, sur toutes les mers et tous les continents.

  • Saigon ! Deux syllabes au parfum d'exotisme, aux relents de poudre aussi...
    Ce livre met en scène une ville au destin tumultueux, et l'aventure des hommes qui, depuis trois siècles, ont forgé sa farouche histoire. Berceau de l'Empire français en Extrême-Orient, base arrière de la guerre d'Indochine, capitale de l'éphémère république du Sud-Vietnam, symbole de la déchirure coloniale et de l'affrontement Est-Ouest, Saigon fut le théâtre de la tragédie des boat people et porte aujourd'hui un espoir de renouveau pour l'un des derniers pays communistes.
    Le Roman de Saigon est le fruit d'une passion : celle d'un chirurgien coopérant à Ho Chi Minh Ville pour ce coeur trépidant de l'Asie du Sud-Est. En marge de ses nombreuses missions au Vietnam, Raymond Reding exhume les mystères de l'ancienne perle des colonies. Un minutieux travail de documentation l'a conduit à ce palpitant récit d'aventures où il arpente tes coulisses d'un lieu mythique, enfer tropical pour tes uns, pays de cocagne pour les autres, et qui nous réserve encore bien des surprises.

  • Pourquoi des millions de personnes, depuis plus de mille ans, sont-elles venues au Mont Saint-Michel? Que cherchent-elles ? Qu'est-ce qui les fascine ? L'étrangeté du lieu, la réputation fantastique de son maître, l'archange Michel... Autour du mystérieux sanctuaire se sont déchaînées toutes les passions humaines, mais aussi la poésie, les puissances du rêve inspirées par le ciel, la mer et les vents.
    Ce livre-enquête se lit comme une véritable saga, qui donne la clé du Mont Saint-Michel.

  • Fondé par des tribus d'Asie, mû dès l'an mille par un désir fervent d'appartenir à l'Europe chrétienne, Budapest n'a jamais cessé de résumer le meilleur de notre civilisation. Liée aux Anjou, aux Habsbourg, à l'Italie de Botticelli et du Titien; francophile au XVIIIe, anglophile au XIXe siècle, temple de l'Art nouveau, la ville n'a jamais cessé de synthétiser toutes les valeurs du continent. Écartelé entre Orient et Occident, Budapest fut aussi malheureusement, du fait de sa position stratégique, le cadre de toutes les convoitises et le lieu de toutes les cruautés. À la veille du cinquantenaire de l'invasion soviétique, l'histoire de Budapest rappelle que l'appartenance à l'Europe peut se payer cher. Roman vrai d'une cité martyre, roman traversé par des figures historiques aussi mythiques que Sissi ou Franz Liszt, roman du malheur urbain par excellence, de la guerre des civilisations, mais aussi des plus grands raffinements intellectuels, du courage politique et de l'abnégation, ce livre devrait faire réfléchir ceux qui croient que le destin de l'Europe peut s'affranchir de l'Histoire.

  • L'État de la Cité du Vatican est le plus petit pays du monde. Un micro-état par excellence. Avec ses 44 hectares, il représente le quart de la Principauté de Monaco ou cinq fois la place de la Concorde à Paris. Mais son exiguïté est inversement proportionnelle à sa notoriété puisque son chef, le pape, règne sur 1,13 milliard de catholiques, autrement dit 17,4% de l'humanité.
    Drapeau, hymne national, tribunaux, ministères, banque, casernes, jardins, journaux, sans omettre un syndicat, un supermarché, un hôtel, une gare, un port, une équipe de football, une compagnie aérienne low cost : on y trouve tous les attributs, ou presque, d'un pays « normal ». Sauf que le Vatican n'est pas un pays comme les autres.
    /> C'est l'un des États les plus militarisés au monde dont l'existence se dédouble avec celle du Saint-Siège, l'organe suprême de la souveraineté de l'Église catholique. La citoyenneté n'y est que temporaire, les distributeurs de billets parlent même latin, le droit de propriété n'existe pas, et les jardins occupent un tiers du territoire.

    Dans un savant va-et-vient entre passé et présent, ce Roman du Vatican secret promène le lecteur dans plus de 2000 ans d'histoire. Mille et un secrets sont ainsi révélés sur le mystère de la tombe de saint Pierre, la tentative d'assassinat contre Jean-Paul II, Néron, Ali Agça, Borgia, Benoît XVI, les propos négationnistes de l'évêque Williamson et le rôle de Pie XII durant la Seconde Guerre mondiale. Sont également évoquées la « papesse
    Jeanne », soeur Pascalina et, bien sûr, la cité des papes en Avignon. Du « Vatican parisien » rêvé par Napoléon, des espions du pape au dernier castrat de la chapelle Sixtine, des gardes suisses au grand exorciste de la Ville éternelle, du « banquier de Dieu » aux juges épiscopaux, du poêle des conclaves à la « fabrique des saints », le lecteur découvrira absolument tous les arcanes du Vatican.

  • Diplomate pendant les grandes bouleversements à l'Est, Vladimir Fédorovski fut placé au centre des événements majeurs du XXe siècle. Il a consigné au fil du temps les témoignages uniques et les archives inédites notamment sur Mikhaïl Gorbatchev, son épouse Raïssa, ses partenaires occidentaux. Connaissant bien les protagonistes de cette époque, il fait entrer le lecteur dans leur intimité. Gorbatchev, Jean-Paul II, Jacques Chirac ou encore Vladimir Poutine se succèdent dans ce livre comme dans le théâtre italien.

  • Les États-Unis sont-ils un don du Mississippi, comme on a pu le dire de l'Égypte pour le Nil ? En tout cas le grand fleuve a joué dans leur histoire, territoriale et militaire, politique et économique, culturelle et humaine, un rôle capital. Le Mississippi a été à la fois le lieu et l'enjeu de beaucoup de combats décisifs pour la formation des USA d'aujourd'hui : du choc entre puissances européennes, dont la France, avec ou sans les Amérindiens peuplant ses rives depuis des millénaires, à la lutte pour l'égalité raciale, en passant par la Guerre de sécession et les grandes mutations industrielles, agricoles, technologiques, démographiques, et bien sur politiques. Si l'histoire du Mississippi est un roman, et même un roman... fleuve, elle jette sur l'Amérique d'aujourd'hui, pour comprendre ses confrontations les plus actuelles, une indispensable lumière. Bernard Brigouleix et Michèle Gayral sont l'un et l'autre journalistes et écrivains, passionnés d'histoire américaine. Le premier a notamment travaillé de longues années au Monde et dans différentes radios, et a été directeur de l'information de Radio France Internationale, où la seconde a longtemps été en charge du secteur des Amériques. Ils signent là leur troisième ouvrage commun aux éditions du Rocher.

  • Ce livre n'est pas un ouvrage de plus sur l'homme au masque de fer mais sur les motifs de son arrestation et sur les raisons qui ont conduit à en faire une affaire d'Etat. La vérité historique est respectée mais les hypothèses sur le rôle de notre homme soulevées.

  • Campée sur son site unique, tolède a été un prodigieux laboratoire de la coexistence des religions, des ethnies, des langues et des cultures.
    Ce qui s'y est construit durant des siècles entre juifs, chrétiens et musulmans, au coeur de ce moyen âge pourtant ressenti comme une période d'intolérance féroce, interpelle rudement notre actualité.
    C'était déjà une grande ville au temps des ibères, puis des romains. promue capitale des wisigoths, avant de devenir une cité majeure de l'al-andalus des maures, elle joua ensuite un rôle essentiel dans la reconquête chrétienne, et devint une métropole culturelle dont les illustres fantômes - ceux du greco, de cervantès, de lope de vega, mais aussi des grands médecins, astronomes, traducteurs et mathématiciens qui les avaient précédés - hantent encore les ruelles tortueuses.
    Sans parler des adeptes de la magie noire qui y prospérèrent dans l'ombre des vrais savants... mais les conflits modernes n'ont pas non plus épargné tolède, de l'invasion napoléonienne à la terrible guerre civile de 1936, dont l'un des épisodes les plus dramatiques eut pour théâtre son célèbre alcazar.
    Une enquête minutieuse et vivante pour décrypter, à travers d'innombrables anecdotes, ce mystérieux et bouillonnant passé tolédan, qui questionne obstinément notre présent.

  • " Ce qui reste du cinéma, ce n'est plus du cinéma.
    C'est le souvenir, l'odeur et les couleurs d'un autre temps... Ce sont des visages disparus et éternisés dans leur jeunesse, des lieux détruits depuis. Aimer le cinéma, c'est se retourner sur sa propre vie et traverser le cimetière de ses rêves, de ses illusions de jadis... " Dans les années 1960-1970, les grandes salles bruissent d'abord des éclats de cape et d'épée du Capitan, des péplums dignes des Travaux d'Hercule ou des tragicomiques errances de La Vache et le Prisonnier.
    Bientôt elles se laisseront submerger par les rouleaux de la Nouvelle Vague. Après la grâce de Gérard Philipe, voici Verneuil ou Melville derrière la caméra, Delon et Belmondo se disputant le haut de l'affiche, puis François Truffaut et Louis Malle, Godard " l'incendiaire " et Mocky " l'imprécateur ". Telle est la promenade à laquelle nous convie ce Roman du cinéma français, à la rencontre d'acteurs mythiques (de Funès, Noiret, Gabin, Brigitte Bardot, Romy Schneider...) et de metteurs en scène légendaires (Clouzot, Sautet, Pialat, Rohmer, Chabrol...), à travers les grandes tendances (péplums, polars...) qui ont marqué le Septième Art de l'époque, promenade jalonnée d'analyses, d'impressions, d'entretiens et de souvenirs de l'auteur.

  • Jacques, Guillaume, Bernard... Des marins sur leurs bateaux. Leur métier, leurs joies, leurs rêves, parfois leurs cauchemars. La tempête au bout de l'étrave, les yeux rougis par la veille, l'ancre en suspens au bout de la chaîne, les mines entre deux eaux, un turban dans la ligne de mire. Une femme au loin qui attend, une autre tout près, peau luisante dans la lumière glauque d'un bistrot sordide. Ils labourent la mer dans les eaux tumultueuses du nord, ils se glissent entre les récifs dans les îles ensoleillées du sud, ils patrouillent dans les détroits de l'Orient. La vie parfois les rattrape, leurs destins se croisent ou se perdent sur les traces d'un enfant oublié. Avec un art consommé du récit et du portrait qui a fait le succès de ses précédents ouvrages, Laurent Mérer nous embarque, à travers cinq aventures d'une grande densité humaine, dans Le Roman des Marins.

  • Le Roman des Provences est un voyage dans le temps, dans l'espace et dans la mythologie méditerranéenne. Il allie des récits de voyageurs, les paroles des anciens à la veillée, les exploits des héros de légendes. Tartarin de Tarscon, Maurin des maures, la Chèvre d'Or, la bête du Vaccarès. Autant de héros qui sont un miroir magique où le merveilleux côtoie le burlesque. Tout est vrai à partir du moment où la fable commence.

  • Coin de paradis, terre maudite ou «cadeau» empoisonné ? Dans tous les cas, quel destin exceptionnel que celui de ce territoire convoité, creuset des peuples et des cultures ! Aventures amoureuses et guerrières ; exploration et conquête d'une nature sauvage, imprévisible et hostile ; choc des civilisations, drame de l'esclavage et guerre de Sécession ; personnages hauts en couleur. Entre épopée historique et anecdotes insolites, voici le fascinant roman de la Louisiane française !

  • Véritable invitation au voyage à travers l'espace et le temps, Le Roman du Jardin du Roy reconstitue l'histoire du célèbre Jardin des Plantes, créé à Paris sous le règne de Louis XIII. Tous les grands naturalistes français participeront à l'enrichissement des ménageries et des serres de ce jardin insolite, effectuant pour cela d'extraordinaires voyages aux quatre coins du monde. Autour des périples, des rencontres et des histoires d'amour de ces grands aventuriers, ce récit palpitant retrace l'étonnante évolution de la science accessible à tous, de la zoologie à l'anatomie comparée, de la botanique à la géologie minérale. En plein coeur de la capitale, ce jardin apparemment anodin recèle des secrets enfouis et réserve bien des surprises à ceux qui tentent d'en percer les mystères !

  • Lieux de plaisirs suaves pour les uns, d'abattage sordide pour les autres, les maisons closes, signalées par la fameuse lanterne rouge, ont fleuri en France jusqu'en 1946.
    Ce livre nous invite à un voyage dans le temps. Nicolas Charbonneau et Laurent Guimier nous ouvrent les portes des lupanars romains, fiefs des louves, des turnes sous Louis XV, des bouges des grognards de Napoléon. Dans les alcôves du Chabanais et du One-Two-Two, nous partageons le quotidien des taulières et des filles : descentes de police, amours interdites, rixes entre proxénètes, débauches, espoirs et naufrages.
    Nous entrons à pas feutrés dans leur existence, comme dans un roman où l'on croiserait Toulouse-Lautrec, Guy de Maupassant, Michel Simon et tant d'autres clients prestigieux. Le roman des maisons closes est un ouvrage d'histoire dont la narratrice a tout vu, sait tout, parce qu'on lui a tout soufflé, tout susurré... Un livre dans lequel elle dit tout.

  • "le mois de janvier venait de commencer et les navigateurs croyaient voguer sur une large rivière.
    alors, ils baptisèrent l'endroit "rivière de janvier ", soit, en portugais, rio de janeiro." depuis la découverte de cette baie mythique en 1502 jusqu'à nos jours en passant par la période impériale ou encore par la finale du mondial de football de 1950 perdue au stade maracanà - la pire tragédie qu'ait connue le pays, selon certains historiens -, " le roman de rio " retrace la grande et la petite histoire de la " cité merveilleuse" dont les acteurs, pittoresques mais bien réels, font penser à des personnages de roman.
    hans staden (otage des indiens anthropophages), dom pedro ier (l'empereur aux pulsions sexuelles débridées), getulio vargas (le président suicidé en son palais d'une balle en plein coeur), jorginho guinle (le play-boy du copacabana palace), tom jobim (l'inventeur de " the girl from ipanema "), ivo pitanguy (le "pape" de la chirurgie esthétique) ou encore jean-paul belmondo (" l'homme de rio "): tous incarnent à leur manière la folle démesure d'un nouveau monde où la réalité dépasse souvent la fiction.
    jamais l'histoire de rio de janeiro et, au-delà, celle du brésil, n'avait été racontée de manière aussi concise et vivante.

  • En se promenant dans Prague, on comprend l'envoûtement qui saisit tout visiteur : il y a quelque chose de magique dans cette ville à l'architecture gracieuse et tarabiscotée, au décor digne d'un conte de fées. Prague est une ville miraculée qui échappe aux ravages de la guerre depuis le XVIIe siècle : soudards, nazis et marxistes l'ont épargnée et on se demande encore pourquoi, tant cette cité défiait, par son maniérisme, leur conception primaire du monde. Car Prague n'est pas une capitale hautaine et impériale mais une ville d'orfèvres, de mécènes et d'intellectuels. On y sent une douce folie, une alchimie propre, propice aux bouillonnements artistiques et littéraires. C'est pourquoi les héros et les héroïnes de Prague ressemblent à des personnages de théâtre. Qu'ils soient prédicateurs, monarques, amoureux, musiciens, condottieres ou bourreaux, ils vont jusqu'au bout de leur imagination et de leur passion, sur l'une des plus belles scènes du monde. Voici Jan Hus, qui périt sur un bûcher, Rodolphe II, le plus grand collectionneur de son temps, Wallenstein, qui voulait être roi, Mozart, qui y fit jouer Don Giovanni, voici le fantôme du Golem, voici Kafka qui y aima Milena, Heydrich, l'âme damnée de Himmler, Havel le prince philosophe et encore bien d'autres...

  • Une visite guidée de l'Elysée qui fut propriété de la Pompadour, du roi, de l'empereur avant d'être l'hôtel du Président de la République. L'Elysée fut le lieu où Napoléon prépara son abdication après Waterloo, où Caroline Bonaparte recevait ses amants, où le général de Gaulle annonça la dissolution de l'Assemblée nationale en 1968, etc.

empty