Sciences humaines & sociales

  • Depuis deux décennies, l'Eglise prend progressivement conscience du problème de la pédophilie en son sein et s'attache à mener contre elle une lutte résolue. Ce livre fait le point sur cette action. L´auteur réfléchit à la manière de lutter efficacement contre la pédophilie dans l'Eglise.

  • Le concept des Eglises domestiques, qui revient aujourd'hui. La vie quotidienne et les moeurs des chrétiens aux trois premiers siècles. Une historienne très connue dans le domaine de l'histoire du christianisme.

  • Itinéraire spirituel d´un jeune homme ordinaire qui devient patron de discothèque. Plusieurs fléaux décrits (sexe, alcool, drogues, hyperviolence, suicide...) et clés données pour les combattre. Thèmes porteurs (envoûtement, spiritisme, sorcellerie, exorcismes, combat spirituel).

  • Une explication de la violence et du fanatisme religieux d'aujourd'hui.

  • L'indispensable travail de vérité sur L'Arche. Un témoignage exemplaire pour combler l'attente des lecteurs liés de prés ou de loin à L'Arche.

  • Avec la crise écologique, le réchauffement climatique et l'épuisement des ressources de la planète, ils sont de plus en plus nombreux ceux qui aspirent, à l'instar de Pierre Rabhi, à une « sobriété heureuse ». Ils cherchent un mode de vie plus équilibré, respectueux à la fois de la justice écologique et de la justice sociale.
    S'inspirant des intuitions fortes du pape François développées dans son encyclique Laudato si', Loïc Laîné montre combien cette aspiration rejoint la tradition chrétienne la plus authentique. Au fil des Évangiles, l'attitude du Christ ne cesse de nous inviter, comme nous y encouragent aussi les Pères de l'Église, à nous recentrer sur ce qui est vraiment essentiel.
    Cette sobriété nouvelle doit se traduire par des initiatives concrètes dans la vie de chaque personne et de chaque entreprise, à travers une vraie conversion des pratiques. Elle est ainsi appelée à enrichir les grands principes de la doctrine sociale de l'Église, comme la justice, la subsidiarité, le bien commun ou l'option préférentielle pour les pauvres.

  • Faire face aux conflits

    Anselm Grün

    • Salvator
    • 10 Septembre 2020

    Manuel pour apprendre à confronter nos problèmes

  • "Biographie d?une figure de la résistance, de l'aumonier de la France.

  • Ne m'otez pas d'un doute

    Michel Sauquet

    • Salvator
    • 20 Janvier 2021

    Crises « inédites », « tsunamis », ruptures « sans précédent »...
    Les mots ne manquent pas qui disent à quel point nos certitudes ont volé en éclats à l'épreuve de bien des événements récents.
    Ces violentes secousses ne cessent de conforter Michel Sauquet dans sa réflexion sur le rôle du doute et sur le danger de certitudes relevant davantage d'idéologies et de réactions impulsives que d'une prise de recul à l'égard de la complexité de la réalité. Ainsi interroge-t-il successivement ces notions toutes relatives que sont la vérité, la bien- pensance et les évidences culturelles.

    Avec un regard de chrétien, il interroge aussi la foi religieuse, souvent indissociable du doute. Celui-ci pouvant se révéler la meilleure et la pire des choses, il est salutaire d'en user de manière constructive, comme antidote aux fake news, à l'ethnocentrisme et au simplisme dogmatique et spirituel.
    Un plaidoyer pour un peu de mesure et d'humilité dans les temps d'incertitude que nous vivons.

  • L'homme n'est pas fait pour aimer. Il est fait pour mourir d'amour. Cette vocation est si forte qu'elle contient en elle tous les égarements. C'est ainsi que la pornographie caricature l'amour, en mimant le désir humain de se donner sans réserve. Car l'amour vrai, c'est l'amour au sens fort. L'amour absolument donné et absolument reçu. L'amour comme un don de soi sans retour. L'amour comme accroissement des dimensions du coeur. L'amour comme blessure qu'il faut veiller à ne jamais refermer, dont il faudrait ne jamais guérir. Cet amour qu'on appelait autrefois « charité » et qui nous fait patienter, telle une prière, au seuil de l'autre.

  • La fragilité assumée

    Yann-Hervé Martin

    • Salvator
    • 24 Septembre 2020

    Une très ancienne légende juive raconte que Dieu, étant enfin parvenu à créer ce monde, aurait eu ces paroles inquiètes : « Pourvu qu'il tienne!» Le monde, notre monde, serait ainsi essentiellement fragile et, pour le faire tenir, Dieu aurait besoin de l'homme dont l'existence même, pourtant, est instable et désordonnée.
    Mais l'homme vulnérable, c'est aussi l'homme capable de prendre ses responsabilités devant les désordres du monde et d'incarner ainsi la figure du Juste. Pour y conduire, ce petit livre propose un cheminement en cinq étapes ou plutôt en cinq variations sur un même thème : celui de la précarité des choses, qu'il s'agisse de nos affaires morales, de nos responsabilités politiques ou de notre vie intérieure.

  • 'Aimez-vous de Gaulle ?
    « Je l'ai aimé, répond Philippe Le Guillou, comme je n'ai aimé aucun de ses successeurs. C'était le monarque de mon enfance, un personnage d'une stature écrasante et mythique. Je l'aime autant que je chéris les mots aventure et destin.» Alliant le geste aux élans de son coeur, l'écrivain part chaque année, depuis trente ans, à Colombey-les-Deux-Églises. En pèlerin du Général, selon un rituel quasi religieux, il visite l'église, le cimetière, La Boisserie.
    Puis, il gravit la colline sur laquelle se dresse l'immense croix de Lorraine.
    C'est ce pèlerinage, ponctué de souvenirs et de témoignages étonnants, que l'auteur raconte dans ces pages admiratives et ferventes. Et chemin faisant, il invite son lecteur à le suivre sur cette « colline inspirée ». À venir lui-même y retrouver le grand vent de l'Histoire.

  • « Alors, Padre, vous vous occupez des prostituées ? C'est formidable !
    - Oui, en fait ce sont des transgenres.
    - Ah... » Lorsqu'on demande au père Jean-Philippe de témoigner de sa mission à l'association Magdalena, un silence gêné s'installe en général assez rapidement. Comment, en tant que prêtre, assumer un accompagnement humain et spirituel aussi délicat que celui des personnes prostituées transgenres ? Ce monde peut sembler étranger, et même effrayant, à bien des gens. Des années après le début de l'aventure, l'initiateur dévoué de cette mission unique en son genre demeure lui-même surpris que la vie l'ait mené là.
    Du premier camping-car du bois de Boulogne à la maison d'accueil Magdalena, en passant par les pèlerinages à Lourdes, le père Jean-Philippe nous fait découvrir les réalités de l'accompagnement des personnes prostituées. Il nous invite ainsi à entrer avec lui dans un accueil de l'autre qui renonce à l'efficacité et consent à la seule présence. Au fil de leurs témoignages, les personnes prostituées nous entraînent dans la simplicité de leur foi et de leur quête spirituelle.
    Loin de nous faire perdre notre latin, elles nous poussent à quitter nos zones de confort et nos cadres inutiles pour adopter un regard d'amour dénué de jugement : celui du Christ sur chacun de nous. Un véritable chemin de conversion qui nous fera peut-être affirmer avec l'auteur : « Les plus pauvres se sont occupés de moi. »

  • Le débat permanent

    Paul Valadier

    • Salvator
    • 21 Novembre 2019

    Avenir du climat, début et fin de vie, statut de la famille, intelligence artificielle... sur ces questions et bien d'autres, notre société pluraliste ne cesse d'être plongée dans un « débat permanent ». Comment expliquer sinon ce recours si fréquent, en plus des instances politiques habituellement décisionnaires, aux commissions spéciales, comités d'éthique ou autres tenues d'états généraux ?
    Faut-il y voir une incapacité de l'État à trancher et décider ?
    Faut-il y percevoir sa gêne à parler de morale ou aborder des questions de fond ?
    Cette situation d'indétermination doit nous interroger, souligne ici Paul Valadier. Car si la discussion rationnelle sur les questions humaines fondamentales est légitime, elle peut montrer ses limites et elle ne peut pas en tout cas se passer de références éthiques et morales. Elle constitue à coup sûr pour notre société l'occasion de puiser dans ses ressources de sens. Parmi celles-ci, les religions, dont l'Église catholique, ont toute leur place.

  • Les parents sont démunis devant leurs enfants qui entrent dans l'adolescence. Que dire ou ne plus dire sur les questions affectives et sexuelles ? Comment se positionner ? Quelle est encore l'influence des parents par rapport à la bande des copains ? Comment éviter le piège du porno ? Le monde a changé mais les grandes questions de l'amour et du sens de la vie demeurent tout comme l'envie, pour les parents, de témoigner avec efficacité de leurs convictions profondes. Ce livre leur donne les clefs d'une communication réussie avec leurs enfants sur ces sujets délicats et essentiels.

  • Le 27 mars 1996, à 1 h 15 du matin, sept moines trappistes sont enlevés de leur monastère de Tibhirine. Deux mois plus tard, un communiqué attribué au GIA déclare : « Nous avons tranché la gorge des sept moines, conformément à nos promesses. » L'annonce crée une onde de choc des deux côtés de la Méditerranée. Mais rapidement, des doutes s'installent sur les véritables commanditaires de cet assassinat. Vingt ans après les faits, un épais mystère enveloppe encore ce tragique événement. Sur fond de guerre civile et de relations franco- algériennes mouvementées, Mireille Duteil démêle le fil d'un conflit aux multiples enjeux : conflit entre l'islam et l'islamisme ; entre l'armée, les services de renseignement et une partie de la population, au sein du pouvoir algérien ; entre la DST et la DGSE ; mais aussi et surtout conflit culturel, historique et affectif entre l'Algérie et la France. Alors que l'Église catholique a reconnu « bienheureux » Christian de Chergé et ses six compagnons, Mireille Duteil fait la lumière sur les circonstances d'un drame dont les séquelles sont encore vives.

  • Comment identifier nos angoisses et s?affirmer soi-même

  • Comment démasquer les illusions du pessimisme et

  • Essai spirituel sur l?intérêt de cultiver notre âme comme on cultive la terre

  • A la veille de l'an 2000, les millénaristes passaient pour des superstitieux dont il était convenu de rire.
    Une dizaine d'années plus tard, la fin du monde est. entrée dans nos conversations, dans nos peurs, dans notre façon d'engager l'avenir. Elle est le poids qui accuse notre humanité, qui ralentit notre pas, qui coupe l'envie de penser à demain. Ce livre entend ne pas laisser la fin du monde aux seuls discours alarmistes ou moralisateurs. Car la fin du monde, sitôt regardée en face, parle à l'homme de ses désirs les plus intimes.
    Elle met chacun en route vers cette peur plus essentielle que celle de mourir : la peur de ne pas vivre pleinement. Il est un pari qu'il faut oser : vivre ensemble la fin du monde, avec tout ce que le verbe "vivre" recèle de lucidité, bien sûr, mais aussi de courage, d'invention et de partage.
    Alors le monde, par son absence même, se mettra à briller, comme il ne l'a encore jamais fait

  • Modernité, postmodernité, ultramodernité... Humanisme, transhumanisme, post-humanisme... Autant de mots qui souvent nous donnent le vertige, voire nous inquiètent. Ce qui est certain, c'est que notre société change à vive allure, et ce dans tous les domaines. Nous vivons une véritable mutation culturelle, voire anthropologique, plus importante que celle qui nous a fait passer, voici douze mille ans, du paléolithique au néolithique, selon la formule de Michel Serres.
    Depuis le XIXe siècle, nous avons davantage progressé que durant toute la période qui nous sépare de l'âge des cavernes. Nous en arrivons à craindre le moment où cette évolution dépassera les capacités de contrôle de l'être humain. Où nous mènent donc les « NBIC » - les nanotechnologies, les biotechnologies, l'intelligence artificielle et les sciences cognitives ?
    Partant du projet de la modernité, ce livre aborde la sécularisation, resitue la science à sa juste place, dans son dialogue avec la religion et la spiritualité, et s'interroge sur l'identité de l'homme, coincé entre l'animal et la machine. À l'écoute des voix qui parlent de transhumanisme - l'homme augmenté et refaçonné - et de celles qui annoncent un effondrement prochain de notre civilisation thermo-industrielle, la sagesse qui devrait nous accompagner ne fait-elle pas défaut ? Alors, où allons-nous ? L'homme a-t-il un avenir ? Autant d'interrogations que Charles Delhez affronte avec courage, dans toute l'ampleur de leur complexité.

  • Les rapports police-justice-prison en question.

  • On lit souvent que l'Inquisition fut l'un des chapitres les plus terribles et sanglants de l'histoire occidentale ; que Pie XII, dit « le pape d'Hitler », était antisémite ; que l'obscurantisme a freiné la science jusqu'à l'arrivée des Lumières ; et que les croisades furent le premier exemple de l'avidité occidentale.
    Ces affirmations sont pourtant sans fondements historiques.
    Dans cet ouvrage, l'éminent professeur de sociologie des religions Rodney Stark démontre que certaines idées fermement établies - surtout lorsque l'Église entre en scène - sont en réalité des mythes. Il s'attaque aux légendes noires de l'histoire de l'Église et explique de quelles façons elles se sont substituées à la réalité des faits.
    Un livre passionnant, écrit « non pour défendre l'Église, mais pour défendre l'Histoire ».

  • « Le mystique c'est celui qui voit la face cachée de la lune ... Ce que voit l'alcoolique, précisément. Et s'il devient méchant ou s'il devient triste, c'est parce qu'il ne peut mettre en accord ce qu'il rêve et ce qu'il fait. Ce qu'il rêve et ce qu'il voit. » Ces paroles, je pense qu'un homme les écoutera (rien qu'un, cela me suffit). Et si le désir lui vient, il finira sa bouteille, il mettra son manteau, il partira de chez lui sans dire bonsoir à sa femme. Si le courage lui manque en route, il pourra prendre encore un dernier verre. Il frappera à la porte d'une association de lutte contre l'alcoolisme, et le groupe lui apprendra à vivre heureux.

empty