• Chronique au quotidien de l'auteur paysanne Geneviève CALLEROT, née en 1916, médaillée de la Légion d'Honneur à 102 ans, de sa soeur et de sa famille, dans la zone occupée près de la ligne de démarcation en Périgord, durant la Deuxième Guerre mondiale, période pendant laquelle elle fut arrêtée trois fois et fit de la prison pour avoir fait passer des centaines de personnes en zone libre.

  • Daniel, dont le père militaire a suivi l'appel du général de Gaulle, vit seul avec sa mère institutrice dans un petit logement au-dessus de l'école. Il y rencontre la « demoiselle du château », Béatrice, qui vient passer ses vacances chez ses grands-parents. Plus âgée que Daniel et insouciante, elle l'entraîne dans toutes sortes de bêtises. Mais Béatrice est ainsi, elle aime le risque et les inconstances. Daniel va peu à peu devenir son ange protecteur en même temps qu'il développera un très fort attachement à sa terre et à ses semblables...

  • les minaud sont métayers au grand-barrail depuis des générations.
    juanna s'y installe en 1911, après son mariage avec alexandre. elle lui donne cinq filles : lucile, valentine, renée, yvette et yolande. gazé pendant la guerre, alexandre meurt en 1927, au matin de la naissance de guynemer, le fils tant attendu... la famille éclate. cinq récits, chacun se rattachant à l'une des filles, retracent la vie de cette famille. ces chroniques peuvent se lire comme autant de nouvelles indépendantes, cependant geneviève callerot sait distiller peu à peu de nouvelles informations et chaque récit en apprend un peu plus sur les autres, tricotant avec talent le destin des minaud.
    elle nous livre ainsi un vrai document sur le pays, les travaux et les jours, à travers la destinée de chacune des cinq filles et piège son lecteur dans une intrigue en étoile, s'affirmant comme une vraie romancière. " vers les cinq heures, lucile embrassait son monde et remontait à son chez elle, qui était pour la jeune femme plus beau que tous les palais des rois. elle ranimait le feu et faisait son petit souper tout en soignant ses lapins, rentrant son linge, inspectant son jardin, l'arrosant s'il y avait lieu.
    a la nuit, emile rentrait. [.] ils soupaient, tous deux, heureux comme personne. "

  • Les Minaud sont métayers au Grand-Barrail depuis des générations.
    Juanna s'y installe en 1911, après son mariage avec Alexandre.
    Elle lui donne cinq filles. Gazé pendant la guerre, Alexandre meurt en 1927, au matin de la naissance de Guynemer, le fils tant attendu...
    La Famille éclate. Cinq récits, chacun se rattachant à l'une des filles, retracent la vie de cette famille.

empty