• Sous un titre un peu provocateur - et à la connotation volontairement enfantine - l'auteur nous propose un ouvrage qui s'apparente plus à un essai illustré, à la manière de Desmond Morris, qu'à une compilation systématique ou un docte exposé. Cet essai prend la forme d'un reportage dans le monde de l'histoire de l'Art et allie rigueur des informations et plaisir de découvrir le sens caché des tableaux. Car il y a de la jubilation à découvrir ce que les auteurs des autoportraits cachent, ou se cachent, en voulant tant se montrer. L'autoportrait fascine et intrigue. Il révèle, provoque et exerce une indéniable séduction sur le public. Le fil rouge de cet ouvrage consiste à déterminer comment et pourquoi se réalise la prise de conscience de soi dans l'Histoire grâce à l'art et aux autoportraits.
    Bien sûr, Rembrandt, van Gogh ou Picasso sont évoqués mais des artistes méconnus comme Flicke et son ami Strangwish ; le Gentleman Pirate, Messerschmidt le sculpteur fou, la reine Victoria ou même Adolphe Hitler sont également présents dans ce parcours, qui rend aussi justice à des artistes comme Vigée-Lebrun ou Suzanne Valadon (contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce "Moi" qui s'exprime à travers ces oeuvres est souvent une femme), et s'attache également à éclairer le sens des apparitions en "cameo", de Van Eyck à Hitchcock, dans leurs oeuvres.

empty