• Pourquoi et comment Reccep Tayip Erdogan, que l'Occident adulait en 2005, lors du référendum sur le Traité européen, comme un «?islamo-démocrate?» défenseur des libertés publiques, est devenu un despote islamiste incarcérant d'innombrables journalistes, intellectuels, artistes, avocats, juges, universitaires, militaires... Pourquoi et comment cet «?ami de l'Occident?» est devenu l'un de ses pires ennemis, forçant l'embargo des armes sur la Libye au point «?d'illuminer?» dangereusement une frégate française, violant les eaux territoriales grecques et chypriotes pour y prospecter les gisements gaziers, poussant l'Azerbaïdjan musulman à attaquer les Arméniens chrétiens du Haut-Karabakh, multipliant les chantages au lâcher de réfugiés vers l'Europe... Pourquoi et comment ce musulman «?modéré?» a longtemps soutenu Daech, attaqué les Kurdes fer-de-lance de la lutte antidjihadiste en Syrie, et envoyé les égorgeurs de la poche d'Idleb combattre en Libye et dans le Haut-Karabakh...

    La crise économique érodant sa popularité, Erdogan détourne l'attention de son opinion publique par des provocations internationales, au risque de graves conflits. Les militaires français planchent sur un scénario de guerre avec la Turquie.

  • Après les Talibans, Al-Qaida et ses filiales, voici l'État islamique (« Daech ») et les siennes. Sans compter les « indépendants » comme Boko Haram au Nigéria. La contagion djihadiste s'étend, y compris en Occident. Dans la plupart des pays musulmans, un marasme économique frustrant et la propagation du djihad depuis les révolutions arabes de 2011 porteront les islamistes radicaux au pouvoir, par les urnes ou la violence. Les appareils d'État tombés entre leurs mains aiguillonneront et épauleront les réseaux terroristes pour déstabiliser l'Occident : déraillements de TGV par la pose de parpaings sur les voies ; crashs d'avions de ligne causés par des explosifs introduits dans leurs soutes ou transportés par des modèles réduits télécommandés venant les percuter, ou bien par des tirs de missiles sol-air ; empoisonnement de l'alimentation en eau courante et sabotage des circuits électriques des mégapoles ;
    Sabotage d'installations industrielles de type Seveso faisant des milliers de morts, et de centrales nucléaires mal gardées provoquant de nouveaux Tchernobyl.

    Le Proche-Orient est voué à une prolifération nucléaire que l'obtention de la bombe atomique par l'Iran accélèrerait vertigineusement. Le terrorisme l'utilisera : cela ira du dépôt dans les grandes villes de matières radioactives dites « sales » à celui de bombes atomiques dont l'explosion pourrait être commandée par un simple téléphone portable.
    Ces actions terroristes infligeront de lourds dommages économiques, fortement aggravés par leur impact psychologique.

    Laurent Artur du Plessis nous prévient : il est temps de prendre ces menaces au sérieux et de nous y préparer. Par l'adaptation de nos lois afin de ne plus combattre les mains liées. Par l'augmentation des moyens matériels et humains de nos armées, de nos services de renseignement et de notre police. Par une véritable cohésion stratégique occidentale et une union résolue avec la Russie contre le djihadisme. Alors nous en viendrons à bout.

  • Derrière les pudeurs médiatiques et politiques, le tableau lucide des dangers qui nous guettent Dans la plupart des pays musulmans, un marasme économique frustrant et la propagation du djihad depuis les révolutions arabes de 2011 porteront les islamistes radicaux au pouvoir, par les urnes ou la violence. Les appareils d'État tombés entre leurs mains aiguillonneront et épauleront les réseaux terroristes pour déstabiliser l'Occident : déraillements de TGV par la pose de parpaings sur les voies ; crashs d'avions de ligne causés par des explosifs introduits dans leurs soutes ou transportés par des modèles réduits télécommandés venant les percuter, ou bien par des tirs de missiles sol-air ;
    Empoisonnement de l'alimentation en eau courante et sabotage des circuits électriques des mégapoles ; sabotage d'installations industrielles de type Seveso faisant des milliers de morts, et de centrales nucléaires mal gardées provoquant de nouveaux Tchernobyl...
    Le laxisme occidental concernant la course de l'Iran à la bombe suscitera une prolifération nucléaire, notamment au Proche Orient. Le terrorisme s'en servira : cela ira du dépôt dans les grandes villes de matières radioactives dites « sales » à celui de bombes atomiques dont l'explosion pourrait être commandée par un simple téléphone portable.
    Ces actions terroristes infligeront de lourds dommages économiques, fortement aggravés par leur impact psychologique.
    Laurent Artur du Plessis nous prévient : si nous ne prenons pas au sérieux ces menaces et si nous ne nous y préparons pas, le pire est devant nous.

  • L'oligarchie financière qui gouverne l'Occident depuis plusieurs décennies a fait croire que la crise était imprévisible. Faux : des experts l'avaient annoncée, certains depuis plus de dix ans. Ils avaient les bons outils d'analyse.
    La crise entre dans sa phase la plus aiguë avec la « faillite » en série des États, qui se répercute sur les grandes banques et l'économie réelle.
    À son paroxysme, elle sera pire que celle de 1929 et provoquera la chute de l'oligarchie financière.
    À l'échelle planétaire, la guerre et la paix dépendent du climat économique. La crise de 1929 entraîna la montée du nazisme et la Deuxième Guerre mondiale. La crise d'aujourd'hui, en minant le printemps démocratique arabe par une paupérisation qui fera le jeu des extrémismes, mènera à la Troisième Guerre mondiale. Celle-ci opposera l'Occident et ses alliés - le Japon et l'Inde -, à l'Islam et à la Chine, en un cocktail de guerres civiles, interethniques et interétatiques, enrichi de terrorisme et d'armes de destruction massive. Les peuples européens devront prendre en main leur défense. Quel camp la Russie choisira-telle ?
    À la mondialisation économique aura succédé le chaos mondial.

  • Le référendum du 29 mai sur la constitution européenne et la question de l'entrée de la Turquie dans l'Union sont liés : la nouvelle constitution, en faisant du poids démographique le facteur principal du pouvoir au sein de l'Union européenne, donnera les clés de l'Europe à la Turquie.
    Aussi convient-il de connaître ce pays avec lequel les négociations d'intégration commenceront le 3 octobre prochain. Cet ouvrage pose 10 questions sur la Turquie, sa laïcité kémaliste, sa réislamisation amorcée il y a plus d'un demi-siècle, son imperturbable refus de reconnaître le génocide des Arméniens de 1915, son opposition multiséculaire à l'Europe pendant la période ottomane, sa façon récurrente de menacer les Européens dans les négociations, etc.
    10 questions sur la Turquie et 10 réponses dérangeantes...

  • Né dans le chaudron incandescent des civilisations, le processus infernal de la troisième guerre mondiale suit rapidement son cours.
    Rien ni personne ne pourra l'arrêter. les boutefeux sont les intégristes islamiques, engagés dans une irrésistible ascension vers le pouvoir en terre d'islam. ascension accélérée par le climat de folie qui s'y déploie, sous l'effet des tensions israélo-palestiniennes, américano-irakiennes et indo-pakistanaises. mais aussi par le krach boursier qui entraînera à très brève échéance une crise économique bien plus tragique que celle de 1929.
    Une fois maîtres des appareils d'état arabo-musulmans, les intégristes utiliseront sans hésiter contre l'occident leurs arsenaux d'armes conventionnelles et de destruction massive. le gigantesque affrontement occident-islam produira un effet domino sur le reste du monde. la chine entrera dans le conflit aux côtés de l'islam. l'occident sera épaulé par l'inde, religieusement opposée à l'islam, et le japon traditionnellement allergique à la chine.
    La russie se maintiendra-t-elle dans le camp occidental ? rien n'est moins sûr. une démonstration aussi rigoureuse que lucide. mais la politique de l'autruche n'a jamais sauvé personne.

  • Étranglé par l'embargo, l'Iran lutte contre la montre pour fabriquer la bombe atomique. Le régime des mollahs cherche ainsi à se légitimer aux yeux de sa population. La course de collision entre l'Iran et l'Occident approche de son terme :
    Israël, qui ne saurait vivre sous un chantage nucléaire permanent, pourrait bientôt bombarder les installations nucléaires de l'Iran avec l'accord tacite des États-Unis.

empty