Le Passeur

  • « Reçois un millier de baisers ; mais ne m'en donne pas, car il brûle mon sang. » Dès les premières lettres échangées par Bonaparte et Joséphine en 1795 se devine la passion dévorante du jeune officier pour la veuve Beauharnais, égérie du Directoire.
    Les premiers temps de leur union sont heureux, et les missives de la campagne d'Italie comptent parmi les plus enflammées jamais adressées. Mais l'ambition et les liaisons successsives auront raison de cette union devenue consulaire puis impériale, avant le second mariage de Napoléon avec Marie-Louise.
    À travers ces lettres, le lecteur découvre certaines des plus belles pages de la littérature amoureuse depuis plus de deux siècles.

empty