Littérature traduite

  • La promise

    Nihad Salameh

    Nohad Salameh, l'Orientale écartelée entre deux rives, deux niveaux de vision et de langage, accède ici aux rites du passage, du partage ; elle devient la Promise, c'est-à-dire une autre terre, insituable et d'autant plus convoitée. Le souvenir d'un jardin d'Eden dévasté par la guerre hante ces pages riches en couleurs, en parfums, qu'assiège en vain le Couple de l'origine mis à la porte de l'éternité et projeté dans le malaise et la volupté du présent. Ivre des Portes, La Promise est aussi celui des fruits immédiats savourés entre désert et désir par la grâce d'une imagerie mémorable.

empty