Complicites

  • Roger DROUIN narre ici les affres des fondateurs qui durent créer, à partir de rien, les premières unités ultra-marines et leurs exploits au quotidien pour en assurer le développement au cours des quarante années de la période sous-revue (1960-2000).
    Il évoque également les motivations politiques, plus ou moins glorieuses, qui ont conduit la France à posséder ces terres d'outre-mer et la Gendarmerie à y implanter des sections d'hélicoptères.
    Dépassant ainsi l'histoire militaire, il ne porte pas de jugement de valeur mais fait un constat sans concession, explique et replace les choses en perspective dans leur arrière-plan social et historique.
    Cet éclairage parfois crû mais objectif, apporte un intérêt supplémentaire à la lecture de cet ouvrage, tant il est vrai que la connaissance du passé contribue souvent à la compréhension du présent et à celle d'une actualité prégnante, comme l'autodétermination de la Nouvelle Calédonie.
    Une invitation à un voyage jubilatoire sous le soleil des tropiques...

  • "C'est en faisant son service militaire que l'auteur découvre l'Algérie et la réalité de la république française « une et indivisible ». Elle règne alors sur un empire colonial finissant qui s'achève en 1962 par l'indépendance de l'Algérie.

    Les pays libérés deviennent souverains. L'affaire est menée rapidement et ne rencontre que peu de difficultés sauf en Algérie. A la même époque l'Algérie n'est plus une colonie, ni un protectorat, ni un quelconque territoire associé, mais trois départements de la république.


    La république qui ne veut rien céder au FLN, le parti de l'indépendance, s'enlise dans une guerre qui ne dit pas son nom. Pour en sortir elle passe d'un extrême à l'autre, de l'intégration à l'indépendance. C'est une décision brutale qui fait suite et s'oppose à « l'Algérie c'est la France ». Le changement se fait dans la douleur et les drames.


    Les communautés sont les grandes perdantes. Pieds Noirs et Juifs sont chassés de leur pays, l'Algérie. Ils s'établissent en France. La migration des Arabes vers la France continue. Les Harkis, prisonniers dans leur pays, subissent la terreur des vainqueurs. Les Kabyles se heurtent aux Arabes.


    Mais malgré ces bouleversements, les peuples établis des deux côtés de la Méditerranée n'ont pas rompu leurs relations. Les Juifs continuent leurs conversations en arabe depuis la France avec leurs clients des souks. C'est rendu possible grâce au succès rapide du téléphone portable, d'internet, de la télévision par satellite, du transport aérien... qui rapprochent les gens séparés.

    Cinquante ans après elles retrouvent l'amitié qui ne les a jamais quittés..."

empty