La grande falsification

À propos

Le néant artistique abusivement appelé art contemporain est la lointaine suite de la crise de la peinture déclenchée par le progrès technique dans la seconde moitié du XIXe siècle. Sous l'effet de cette crise, la religion de l'art inventée par le romantisme s'est trouvée privée de sens. La délirante sacralisation de l'artiste par la philosophie allemande, qui lui conférait le statut de voyant, de messie, de philosophe, a basculé au XXe siècle dans l'absurde, le dérisoire, voire l'abject.

Tel est le prétendu art contemporain : une religion séculière de la falsification de l'art, où l'adoration de l'art a fait place à celle du soi-disant artiste, et où l'oeuvre d'art se trouve remplacée par n'importe quoi pourvu qu'il ne s'agisse pas d'art. Aussi bien tout cela est-il aujourd'hui très vieux. Dès les débuts du XXe siècle, les figures les plus radicales des avant-gardes avaient été au bout de la logique du remplacement de l'art par n'importe quoi. Tout ce qui s'est fait depuis dans ce sens n'est qu'une fastidieuse rabâcherie.

Né de la volonté politique de la classe dirigeante américaine au temps de la guerre froide, le succès mondial du prétendu art contemporain est à beaucoup d'égards un accident de l'histoire. Il n'en reste pas moins que l'aberrant triomphe de cet ersatz d'art renvoie les sociétés occidentales actuelles à leur profonde déculturation.

Rayons : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9782865532117

  • Disponibilité

    Manque sans date

  • Longueur

    21.9 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    1.4 cm

  • Poids

    240 g

  • Lectorat

    Tout public

  • Distributeur

    Pollen

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Jean-Louis Harouel

Agrégé des Facultés de droit, Jean-Louis Harouel est professeur à Paris II. Auteur d'une quinzaine de livres, il a notamment étudié en juriste l'histoire de l'État, de l'administration et de la ville. Il est en outre spécialiste de sociologie de la culture («Culture et contre-cultures», PUF, 2002). Il a publié en 2009, chez Jean-Cyrille Godefroy «La grande falsification» qui a connu un
succès médiatique et commercial, ainsi qu'en 2012 : «Le vrai génie du christianisme», primé par l'Institut de France..

empty